9 septembre 2012

L'honnêteté, avant la confiance.

I appreciate honesty
Un post lu par inadvertance, et que j'ai retenu dans mes « à-relire », relate le livre déjà ancien de Paul Seabright et soulève une question passionnante : même quand nous n'avons aucune raison de faire confiance, nous pouvons nous engager dans des échanges économiques risqués. Comme nous sommes devant l'étranger nous faisons foi à ce qu'il nous dit plus que nous nous méfions de ce qu'il va faire. Nous commerçons aisément avec des étrangers.

Interprétant rapidement cette proposition, on peut retenir l'idée que ce qui lubrifie les échanges sociaux n'est pas la confiance, mais l’honnêteté. Nous sommes plus rarement convaincus de ce que les autres vont faire, et de leur bienveillance, que ce qu'il nous disent est vrai. La confiance n'est qu'un dérivé de cette croyance, nous pouvons en effet faire confiance pour d'autres raisons, notamment la possibilité de sanctionner celui qui a fait défaut.

Ne soyons pas étonné de la proposition d'un Fukuyama qui voit dans la société américaine plus de confiance que dans les société latines, celles qui ont développées un système judiciaire fort, permettent à plus d'agents de faire valoir leur droit quand la confiance est rompue. Une société faite de liens forts en réduit les possibilités, le nombre de ceux auxquels on peut faire confiance est restreint dans les tribus, car la sanction ne peut être prononcée que dans le cercles restreint des conseils de famille. La rétorsion est en fait le concept central des théories de la confiance.
Mais face à l'étranger, cette option est inopérante. Il a un pays de refuge où nos règles ne s’exercent pas. La confiance ne dérive pas de la sanction, mais d'un a priori.Il dit vrai, il est honnête.

Le monde de l'internet où l'identité est approximative, les possibilités de rétorsions réduites, les tribunaux incertains, n'est à pas l'évidence pas un espace favorable à la confiance. La rétorsion y est impotente. Il ne reste que cette hypothèse d'honnêteté même si le cynique ne peut l'accepter. On accorde tant d'avanatges au mensonge, à la ruse, voire même à l'hypocrisie.

Et pourtant, nous n’hésitons pas à parler à des inconnus, ni même à engager des relations sentimentales, pire nous y achetons, nous y échangeons, nous partageons. Une hypothèse naturelle serait-donc que nous attribuons à autrui une vertu que nous n'avons pas forcément complètement, celle de l’honnêteté. Hypothèse d'autant plus étrange, que le mensonge semble une chose largement partagée.

Arrêtons nous un instant sur ses formes. D'abord le mensonge peut être délibéré : on fournit aisément dans les formulaire des numéros de téléphone erronés, des noms dans lesquels ont glisse sans scrupules des erreurs de graphies, on ment sur son age, sa taille, on fourni des photos d'autres. Le mensonge peut être aussi simplement une omission. On ne dit pas tout, dans les listes de préférences on en indique qu'une partie. On se soustrait à la surveillance, effaçant périodiquement des centaines de cookies, ou nos historiques de consultation. Le mensonge est surtout souvent involontaire, il se fait dans ce que nous répondons dépend moins de ce que nous sommes que ce qu'on nous demande. Le fait est qu'entre les faux commentaires, les faux reportages, les fausses notices d'information, la fausseté des artistes de la communication, l'univers de l'internet semble être celui des faux semblants et des illusions, plus que cette galaxie d'information dans laquelle les masses d'information s'agrègent par la force d'une certaine gravité : celle de la vérité.

Et pourtant nous faisons confiance, sans possibilité de rétorsions. Nous prenons ce monde comme un monde sans biais, nous achetons, nous consommons. Nous agissons en croyant à la force de l’honnêteté. C'est le fait primaire, la confiance est un concept dérivé. De manière irrationnelle nous faisons l'hypothèse de l’honnêteté des inconnus. Nous nous en nous défions que si nous discernons chez eux, les signes de ce qu'ils nous mentent.

Ce mystère peut cependant être levé de deux manières. La première est de reprendre certaines thèses évolutionnistes. Les menteurs ont peu de chance de se reproduire, la sanction qu'on peut leur appliquer à défaut de toute autre rétorsion est de ne plus les croire. A la manière de pierre et le loup. Les menteurs ont peu de chance de se perpétuer, à force de mentir on ne les croit plus.

Mais on peut aller plus encore un peu loin, et reprendre la vieille théorie du handicap : pour signaler une qualité, on doit la prouver par un handicap. Le paon ne ment pas sur sa beauté, car sa roue en fait une proie visible. S'il se permet ce handicap, c'est qu'il possède vraiment cette qualité. Et l'avantage de reproduction qu'il en tire - être choisi par les faisanes - dépasse le coût d'être dévoré. Le paon est honnête, c'est le handicap de l’honnêteté qui lui donne un avantage.

La seconde manière de résoudre le mystère est que nous ne sommes pas des oies blanches, que menteurs nous sachons que les autres mentent. Mais nous savons qu'ils mentent comme nous ! Nous mentons partiellement. Et cela suffit pour développer une croyance particulière : celle de discerner chez les autres les éléments de leurs mensonges. Nous pourrions ainsi évoluer dans un environnement mensonger, et lui faire confiance, pour la simple raison que nous sommes persuadé de faire la part du bon de l'ivraie. C'est notamment l'objet des recherches de Joey George.

Les deux arguments se combinent sans difficulté. Dans un monde mensonger, parce que nous savons déceler le vrai du faux, ou simplement que nous en soyons persuadé, nous pouvons aisément croire que les Paon sont honnêtes. Les faisanes savent qu'ils disent vrai. Ils font de beaux oisillons. Si elle n'étaient pas persuadées de discerner le vrai du faux, une roue flamboyante d'une crête écarlate – ce ne sont pas des poules, cela ne vaudrait pas le coup pour les paons de risquer d'un coup d'éventail de dresser une cible à leurs prédateurs. Il suffit qu'elle croient que le paon dit vrai.

Dans un monde de mensonge, ce qui qui compte est finalement la capacité à croire discerner parmi les signes ceux qui sont vrais et ceux qui sont mensongers. Même si aucun signe ne dit le vrai, ceux qui sont mensongers seront testés. Les croyances erronées seront éliminées, et apprendre quels signes sont faux, en renforçant cette conviction de discerner le vrai du faux, renforcera l'idée que les autres sont honnêtes, et que fortement ils s'exprime, plus honnête ils sont.

L'hypothèse que la croyance en l’honnête des autres est le moteur de la croissance dans un univers mensongers est sans doute une des questions de recherche la plus pertinente pour comprendre la logique du monde digital.

Et si tout cela semble abstrait, revenons à un éléments concret : comment comprendre alors que 75% des gens pensent que les commentaires sur internet sont trompeurs, la même proportion en tient compte. Comment comprendre alors qu'on pense que les information sont fausses, nous les prenions en compte ? C'est parce que persuadé de discerner le mensonge de la sincérité, nous faisons l'hypothèse de l'honnêteté, que ceux qui disent vrai le manifeste au point de souffrir de profonds handicaps. Ces signes coûteux nous apprenant à discerner le vrai du faux, nous renforcent dans l'idée que ce que les autres disent est à priori vrai.

La confiance ainsi ne se nourri pas de foi mais de la pratique de l'honnêteté. Et la preuve empirique, est que du marché du village ) e-bay, au fond les escroqueries sont rares. Les marchés ne fonctionnent pas par la confiance, mais par l’honnêteté de leurs acteurs, ou du moins d'une large majorité, et par la croyance qu'ils ont de reconnaître l'honnêteté de leurs partenaires.

Publié aussi ici