18 juin 2012

Consommation collaborative : prétester le matérialisme

Swap
Juste quelques résultats préliminaires. Un pré-test conduit par une de nos étudiantes du Master Marlketing Opérationnel International. Le questionnaire est là, remplissez le pour de meilleurs résultats. L'intérêt pour les formes de consommation collaborative vient-il des valeurs du matérialisme?

En matère de consommation le matérialisme n'est pas dialectique, du moins il ne se présente pas ainsi. Il se pétrit de croyances, de goûts, d'attitude qui font qu'on puisse croire que l'accumulation des biens contribuent au bonheur, du sentiment que la dépense est nécessaire, de ce qu'on voit que le prestige s'incarne dans les biens que l'on possède. Des références clés dans ce domaine sont McCracken, Richins, et quelques autres. Qu'on prête aux bien une valeur plus ou moins importante pour réaliser le sentiment d'avoir réussi, de signaler aux autres sa valeur, ou de n'être que faiblement convaincu par les vertus de la frugalité, pourrait être une raison de pourquoi nous adhérons à l'idée de partager les biens dont nous tirons des effets utiles et agréables. Le voiture, un livre, un disque, une maison ou un crédit peuvent parfaitement être consommés collectivement, y sommes-nous prêt?


Est-on prêt à partager nos bien ? Quelques résultats répondent plutôt oui mais sans enthousiasme. On le ferait volontiers pour des livres ou des CD,- mais n'est-ce pas le rôle des bibliothèques ? , aussi pour le covoiturage – sans doute un budget à réduire! moins volontiers pour des emprunts collectifs – c'est sans doute une opération trop abstraite et apparemment incongrue.

A ce stade peu de différences significatives, excepté les femmes qui partagent plus volontiers. En spéculant on partagerait d'autant moins qu'on est plus âgé et que le degré de diplôme est plus élevé. L'échantillon du pré-test est ici clairement insuffisant pour faire émerger des patterns significatifs.

La question centrale est cependant celui de l'importance de l'idéologie. Nous avons étudié cette question en nous appuyant sur l'échelle des valeurs du matérialisme proposée Richins et Dawson (1992) et adaptée en français par Richard Ladwein. Dans notre cas une ébauche de la solution, sur un pré-test de 140 personnes, apparaît dans le tableau suivant.

 
Les trois dimensions du matérialisme ( la frugalité, l'ostentation et la) expliquent peut être aussi dans leur généralité l'intention de partager ces catégories de produits. Le poids est mesurés ici grâce aux betas standardisés de modèles de régression appliqués à chacune des intentions de partage propres à chaque catégorie de produits – un modèle d'ensemble est aussi calculé. 

On y ajoute deux questions spécifiques : l'intérêt pour la catégorie de produit ( implication) et de l'importance accordée à la possession de ces biens ( propriété), les deux variables sont saisis par un item. Les corrélations sont faibles, mais un certain nombre d'entre elles sont significatives, elle vont dans l'ensemble dans une même directions. Les r² cependant restent faibles même en deçà des seuils de signification : il y a sans doute de nombreux autres facteurs qui pèsent : la crédibilité de l'offre, son coût d'accès, les avantages qu'elles présentent. 


La volonté de posséder est nullement liée aux partage, celui-ci serait-il sans rapport avec le sens de la propriété? Quand à l'implication c'est dans le cas des vêtement et du crédit qu'elle joue positivement, sans doute l'expression d'une certaine compétence qui trouve matière à s'exprimer : trouver la bonne affaire..

On observe une corrélation négative entre la croyance que posséder des choses donne du prestige et l'intérêt pour partager le bien. C'est de cas de la maison, des vêtements et de la voiture. Moins on y voit de vertu symbolique et plus on est prêt à partager. Quand le bien représentent notre puissance, il faut les posséder pour que l'effet d'ostentation se produise !C'est une corrélation positive qui se manifeste pour la maison, la voiture et le crédit et le sentiment que les biens terrestres font le bonheur. Plus on croit que l'accumulation des biens est importante et plus on serait prêt à partager, car c'est le moyen d'obtenir ce qu'on ne peut posséder avec ses propres ressources.La frugalité conduit à vouloir partager ses lectures et ses musiques. Cet anti-matérialisme est sensible à la poésie du livre qu'on abadonne sur un banc public, elle s'enthousiasme peut-être dans le piratage....

Manifestement le matérialisme ne prend son sens que dans son rapport aux objets. Il n'a pas un déterminisme unique, ses facettes jouent différemment selon les objets. Il contribue faiblement. Un effet fort s'enregistre avec de faibles échantillons, s'il reste à peine sensible, c'est que même avec des mesures plus solide, son effet est sans doute faible.

Voilà une piste intéressante. Le matérialisme n'est pas une fatalité de la faiblesse humaine, elle ne conduit pas nos conduite. Sans doute il faut revenir au détails de ces offres. La consommation collaborative pourra devenir significative pour autant qu'elle apportent des avantages évidents et un accès facile. L'idéologie sans doute forme une part marginale de nos préférences, surtout quand il s'agit de choses nouvelles. 

Même si ce poids est faible, il peut cependant orienter les domaines où il peut jouer un rôle important. Sans doute là où les investissements des consommateurs sont importants mais aussi dans ces choses dont la valeurs marchande est faibles qui qui véhicule un éthos dont on est fier. Nous en sommes encore aux hypothèses. L'avantage des pré-tests par la faiblesse de leurs échantillon est d'écarter les hypothèses marginales, ils renseignent aussi ce dont nous ne savons encore presque rien.

Il n'y a pas de conclusion à cette note d'étude. Sauf une, n'attendons pas du côté de l'idéologie le vent qui oriente le destin de la consommation collaborative.
_______
A lire aussi : Consommation collaborative : le marché aux frontières de l'intimité




Aucun commentaire: