24 mai 2012

Vendredi noir - la valeur de nos données


And your point is?
Et non, ce n'est pas le relatif échec de l'introduction en bourse de Facebook, c'est le lundi que le cours s'est effondré mais le fait que l'intimité de presqu'un milliards d'individus fasse la richesse de quelques uns. Et cette ahurissante histoire que le capital ne se forme plus dans la plus-value tiré de la différence de la valeur de travail et de la valeur marchande, mais dans le fait que ce sont les consommateurs qui fournissent le capital.

Nous l'avons déjà expliqué ici, (et on pourra en écouter une version audio ci- dessous)  d'autres explications sont .

Le prix d'introduction a sans doute été trop élevé, le volume aussi, les spéculations trop hasardeuses, l'avidité sans retenue. Après les consommateurs, ce sont les investisseurs qui se sont fait avoir. Les déboires de ces derniers ne ne sont que des détails face à l'essentiel. L'univers de l'information défie les droits de propriétés.




Ce que Facebook fait n'est pas neuf, transformer la propriété commune en une propriété privée. Faire de nos coups de cœurs, de nos amitiés, de nos goûts, des traces que nous laissons au monde en pensant qu'elles s'effacent comme un parfum sous le vent, sa propriété. Une valeur fragile au fond, qu'il y imposent des droits n'en fait pas encore une valeur marchande. Il ne s'agit pas non plus seulement d'éthique,

L'affaire est discutée depuis longtemps avec la musique, le cinéma, le livre, elle est encore plus claire ici car il s'agit de nos goûts et de leurs expressions. Ce que nous disons à propos de ce qu'on aime a toujours appartenu à ce bien commun, ce qui appartient à tous et à personne , mais permet à tous, de vivre avec les autres. Ce bien là est accaparé comme si on avait volé un rein. 
Il va falloir désormais penser mieux le bien commun. Serait-ce dans une optique transcendante, celle de de Maritain par exemple. Il faudra éclaircir le concept comme le fait avec une remarquable précision Alain Beitone  dans cet article du Mauss en distinguant bien publics, collectifs, et bien tutélaire, montrant ainsi que ce qui fait le bien commun ne se définit pas par les seuls critères économique ( rivalité et exclusion par les prix) mais par un critère politique. On peut donner un prix au rein, au coeur, au sang, et celui qui reçoit le greffon exclue de fait un autre de la vie qu'il rend possible, et pourtant au titre du sacré, ou simplement de l'éthique, c'est par la loi qu'on les a retirés du marché. Nos données ne sont-elles pas aussi nos organes? Mieux un corps sans organe.

Beaucoup plus simplement,  se dire que nos données, nos idées, nos inventions, nos impressions, ne sont pas des biens comme les autres, même si leur incarnation, leur matérialisation, en permet l'appropriation et la marchandisation. Il faut leurs  restituer des droits négociés et sans doute renégocier les droits définis. Pourquoi les œuvres des artistes dont on croit qu'il font partie du bien commun de l'humanité devrait-il durer 70 ans ? Pourquoi pas 20 ans comme le propose Lars Christian Engström ? Pourquoi les molécules qui soignent devraient être protégée 20ans? Pour inciter leurs inventeurs à inventer et jouir d'un droit limité elles sont limitées. Ne discutons pas la durée. Juste le principe. Les œuvres de l'esprit ne peuvent être des propriétés absolues. La société s'est déjà mise d'accord sur cette idée.

On peut donner à Facebook des droits d'exploitation, on doit lui demander de rendre les dividendes au titre d'un investissement en capital. On peut accepter que ses fondateurs et premiers investisseurs s'enrichissent, faudrait-il encore qu'ils rendent au commun ce qui lui appartient. Et quelque soient les causes véritables du fiasco de l'IPO, une fin de cycle du social qui devient une fonction parmi d'autres, des erreurs d'appréciation de la véritable valeur d'une entreprise qui peine à vendre, pire une manipulation boursière, ce à quoi il faudra réfléchir est à la propriété de ces bribes d'information qui ne peuvent prétendre à former des œuvres,  et dont la valeur varie au gré des circonstances et des agrégations.

PS :  les sons sont issus d'une série de chroniques - ClairEco- réalisées par l'agence Moustic The Audio Agency pour le cercle de l'Obsoco auquel nous sommes ravis de participer.

Aucun commentaire: