1 mai 2012

Le travail c'est la santé....


En mai....
...ne rien faire c'est la conserver. A l'heure du (faux) vrai travail, et de la mise au turbin des consommateurs que ce soit par le biais du discours de la participation, celui du crowd-sourcing, ou celui du self-care, il peut être utile de s'intéresser à la relation entre l'effort fourni par les consommateur et leur satisfaction.

Cette question fût l'objet d'un des premiers articles scientifique sur la satisfaction : celui de Cardozo en 1965 (d'ailleurs la même année que la fameuse chanson d'Henri Salvador) qui concluait à un effet positif de l'effort. Que cette hypothèse soit vraie a des conséquences importantes, la principale est qu'en mâchant le travail des consommateurs on s'exposerait plus facilement à leurs récriminations. Inversement les situation d'achat et de consommation qui engage son effort réduirait ce risque.

On peut s'interroger sur la nature de cette relation. Différents arguments peuvent être invoqués. Le premier est étroitement associer à la théorie de la motivation intrinsèque : en faisant du consommateur son propre producteur une performance plus élevée et persistance est produite. Un second peut provenir simplement des théories de la dissonance cognitive ( c'est celui qu'emploie Cardozo) : le consommateur/travailleur devient son propre juge et peut difficilement se dédire. Les théories de l'estime de soi aussi pourraient être invoquées. Le point intéressant est que dans cette perspective la satisfaction n'est plus un effet de ce que l'entreprise délivre mais une production du consommateur, au passage sa mesure serait aussi celle de son effort. 

Mais si le travail c'est la satisfaction, ne rien faire l'est sans doute bien plus. L'effort dans une conception utilitariste est avant tout un coût. Plus l'effort est grand et moins la satisfaction sera élevée dans la mesure où la valeur obtenue est plus faible (c'est la théorie de l'assimilation/constraste). L'effet positif de l'effort ne peut être qu'indirect, passant par le fait que l'effort permet de produire une meilleure performance. Dans un tel modèle la relation est ambigüe. Si l'effort fourni n'accroît pas, ou peu ou de manière erratique, la performance du service ou du produit, il sera une source importante d'insatisfaction. De ce point de vue mettre le consommateur au travail présente un risque certain à moins de le former suffisamment pour que ses efforts aboutissent et soient réduit au minimum. L'effet de l'effort sur la satisfaction devient alors un problème de productivité.

En cette période où le consommateur est aussi un travailleur ( et réciproquement) sans doute faudra-t-il revenir aux classiques, et s'interroger à nouveau sur ce thème finalement si peu étudié des relations de l'effort à la satisfaction. Quel degré de travail demander au consommateur? Quel partage du résultat de leurs effort?

1 commentaire:

Christophe Benavent a dit…

Et sur la question du travail du consommateur, on ne manquera pas de lire marie Dujarier : http://www.editionsladecouverte.fr/catalogue/index.php?ean13=9782707154675 et le désormais classique de Ritzer : http://www.umsl.edu/~keelr/010/mcdonsoc.html