25 février 2012

le sens du local


Locus solus
L'idée principale du solomo vient celle de l'importance du local dans le nouveau web, ce web mobile et social, qu'on tient à la main. On ne s'arrête que rarement sur sa signification.  L'internet local  se centre sur le lieu, le moment et son voisinage. 

Il renseigne sur les horaires de cinéma,  le nombre de places de parking disponibles, les horaires de la pharmacie de garde, il checke les restaurants à deux pas, il dialogue avec des bornes urbaines, défile la liste de course sur le caddy, il gère les points de fidélité au contact de la caisse, il avertit de l'état du trafic et de la météo.  Il semble être de plus en plus présent et domine peut être l'espace de nos écrans.

Une première explication consiste dans une évolution de la population. A force de toucher un nombre de gens croissant, l'internet change dans la structuration des activités principales. Au début quand le web était l'affaire des plus riches, des plus éduqués, de ceux qui avaient le plus d’intérêt, l'offre s'est constituée sur la base d'un réseau de sites encyclopédiques, de catalogues, de quelques journaux et de portail facilitant l'accès à de nombreux documents. Ces sites œuvre comme des ponts entre ceux qui à travers le monde partagent le même intérêt.  En grandissant, la toile s'est peuplées de millions de fenêtres dont l'accès est permis par les artères des moteurs de recherche. La nature de l'information proposée est largement statique, la connaissance qu'elle offre est générale, et son usage est faiblement liée à aucun contexte d'utilisation.

La seconde vague du web accompagne et entretient la croissance des taux de pénétration et révèle les attentes des nouvelles populations concernée par l'internet : une attente de socialisation, d'interaction avec les autres : les plateforme qui émergent et dominent sont celles du social. Elles réunissent des réseaux de personnes, les contenus perdent de leur systématique, ils se présentent comme le flux contingent des relais et des productions de nos voisins. La source d'information qui était délocalisée est relocalisée.

Avec le mobile c'est une autre population encore qui est atteinte : celle qui ici et maintenant, là où elle a besoin d'information sur ce là ou elle est. Et cette population cherche des horaires de trains, les heures d'ouvertures de la pharmacie de garde, une adresse, cherche à s'orienter..C'est l'usage de l'information qui à son tour est relocalisé. Le rôle des applis et des apps markets est essentiel. Leur usage s'appuie sur un principe de proximité, la géolocalisation est la clé de recherche. C'est un nouveau web qui prend le visage de l'environnement proche.

Source
Cette analyse en terme de superposition de populations dont les comportements son différents est cependant incomplète, car elle ne tient pas compte de la superposition des offres. 

Si la première génération d'internautes ( les 30%) privilégiait une recherche d'information délocalisée (le catalogue digital est partout et nul part, consultés de partout) c'est aussi qu'elle n'avait pas le choix. Naturellement à partir du moment où elle a pu disposer des plateformes sociales, une partie de leurs activités s'est déplacée et que leur activité globale a augmentée. Les nouveaux venus, s'ils ont fait connaissance avec le web d'abord par les messageries et les réseaux sociaux, et en font désormais leur point d'entrée, acquièrent aussi les anciens usages. 

Aujourd'hui en s'équipant de terminaux mobiles, le même phénomène se produit. Pour beaucoup c'est par l'usage des applications, et bientôt les interactions avec les multiples machines distribuées dans l'espace (automate, caisses, panneaux digitaux..), que passe l'usage du net.

Le test de cette hypothèse de changement de population mérite une analyse plus affinée qui requiert de suivre des cohortes. IL n'est pas sur que de telles études aient été entreprises et le lecteur qui en connaîtrait l’existence est aimablement invité à en faire part dans les commentaires. 

Source
Mais il y a cependant quelques indications. A ce moment de l'histoire où le taux de pénétration de l'internet croit presque linéairement dans le monde pour arriver au stade où plus d'un tiers de la population mondiales est connecté, le modèle américain d'usage donne quelles indications. Si la pénétration de l'internet est de 80% toutes catégories d'usage confondus alors que 76% le sont à la maison, c'est qu'une part de ceux qui se connecte le font au travail ou ailleurs. On remarquera avec attention cet accroissement des autres lieux qui incluent sans doute les situations de mobilité - un taux de pénétration de 32% est enregistré, et surtout l'accroissement substantiel - il double en 10ans -  du temps passé sur les écrans.   A l'évidence chacun des lieux réclame une information différente pour des usages distincts. La diversification des usages en accroît le volume et la diffusion.

La dimension locale de l'internet se serait donc développée par de nouvelles populations d'utilisateurs, et l'accumulation des usages. Elle implique une transformation dans la localisation des sources d'information et de son usage. De ce double critère on en déduit une typologie des espaces internet. Si le premier aujourd'hui s'est largement structuré autour des moteurs de recherches, trois autres sont en plein développement. Le web social poursuit le développement de sa couverture et connait un nouvel essor avec les mobiles. Le web serviciel, moins médiatisé, poursuit lui aussi son développement. Un web local, voir hyperlocal,  est en train de se structurer autour des techniques de géolocalisation. De nouveaux espaces et de nouveaux modèles d'information qui se superposent.

1 commentaire:

Christophe Benavent a dit…

Le web local commence à prendre une forme organisée. En voici une expression concrète dans les innovations du Crédit Agricole Pyrénées Gascogne. Le solomo coopératif en est une belle variante. Merci!

http://www.jphilippe.com/2012/02/solomo-cooperatif/