1 novembre 2012

Consommation collaborative - Appel à la recherche

On reprend ici le texte de présentation de la table ronde consommation collaborative : une nouvelle équation, à l'occasion de la journée consommation digitale préparée avec Cédric Ghetty de l'EMLV.  C'est un appel aux chercheurs sur un terrain qui n'est pas tout à fait vierge : communauté de marques, marketing participatif, réseaux sociaux...maintenant ce nouvel objet qu'est la consommation collaborative.

Depuis désormais de nombreuses années – pour donner une date 1995 où le web et le mobile ont débarqué en France – les spécialistes de marketing qu’ils soient professionnels ou académiques, se posent à juste titre des questions quand aux nouvelles manières de communiquer et d’agir aux travers des médias digitaux. Des questions renouvelées continuellement avec l’évolution des techniques.

Aujourd’hui les usages pénétrant une fraction si importante de la population, le centre de l’attention doit se déplacer ailleurs : sur les pratiques même de consommation. Il ne s’agit pas seulement de consommation de produits digitaux ou digitalisés – souvenons-nous de Napster en 2000, mais de toutes les consommations. Celles des services qui par nature se confondent à leurs canaux de communication, mais aussi celles des biens matériels qu’ils soient durables ou non. Des comparateurs de prix au service-après vente, ce sont toute les étapes du processus de recherche d’information et de décision du consommateur qui sont affectées, sans compter la consommation proprement dite.

Le contexte actuel de crise et de limitation voire de perte de pouvoir d’achat, dans les pays européens amplifie certainement la transformation des usages, et encourage des pratiques émergentes. C’est la raison principale qui nous a conduit lors de cette première journée de recherche « Consommation Digitale » à proposer une table ronde autour de ces nouveaux modèles de consommation, et notamment celui de la consommation collaborative tel que Rachel Bostman le popularise ou tels qu’ils se présentent dans les cent sites identifiés par Antonin Léonard, ou encore dans les modèles voisins des AMAP ou d’Autolib.
En invitant l’Obsoco qui vient de produire une étude importantes sur les consommations émergentes et quelques observateurs et acteurs avisés (Louis David Benyayer- Without Model , Christine Ballagué -TEM, Nathalie Damery – L’Obsoco, Antonin Léonard Ouishare, et quelques autres invités surprises) nous souhaitons inciter les chercheurs à s’emparer de questions qui à la croisée de la technologie, de l’économie, de la psychologie et du marketing posent de nouveaux défis.

La consommation collaborative n’est aujourd’hui pas seulement un projet utopique et communautaire qu’une certaine attitude anti-matérialiste pourrait encourager. Les succès d’un AirBnB, ou plus proche de nous d’un Velib, pour ne prendre que deux exemples s’expliquent aussi par des motifs parfaitement économiques. Comment accéder à des consommations auxquelles on aspire sans en avoir les moyens ?

Le rôle des technologies, en réduisant les coûts de coordination qu’ils soient ceux des consommateurs ou ceux des offreurs, est naturellement primordial. L’immédiateté et la disponibilité qui n’était permise que la part la détention individuelle des biens est désormais possible par des formes diverses de socialisation de ces biens. Cette nouvelle équation de la consommation en retour suscite chez les consommateurs de nouveaux rapports aux objets, une autre considération de leurs effets utiles. Elle implique aussi de reconsidérer les rapports humains. La valeur du co-voiturage ou du surf-couching ne réside pas seulement dans un coût d’accès moindre au transport et au logement, mais aussi dans des opportunités nouvelles d’expérience de consommation et de nouveaux risques à gérer, des mécanismes inédits de création de confiance.

Ces questions ne sont pas neuves, c’est leur ampleur qui l’est. Les consommateurs ont toujours pris en compte l'avis de leurs proches, mais avec les technologies sociales leurs proches sont plus proches. Le partage n'est pas une nouveauté, mais de partager avec des inconnus l'est sans doute. Les questions de la disponibilité (immédiate), du choix infini, la redéfinition de la formation des attentes, et sans doute de cette association inédite entre un sens aigu de l'individualité et de l'appartenance communautaire, doivent nous interpeller sur la pertinence de nos vieux modèles d'analyse de la consommation.

9 septembre 2012

L'honnêteté, avant la confiance.

I appreciate honesty
Un post lu par inadvertance, et que j'ai retenu dans mes « à-relire », relate le livre déjà ancien de Paul Seabright et soulève une question passionnante : même quand nous n'avons aucune raison de faire confiance, nous pouvons nous engager dans des échanges économiques risqués. Comme nous sommes devant l'étranger nous faisons foi à ce qu'il nous dit plus que nous nous méfions de ce qu'il va faire. Nous commerçons aisément avec des étrangers.

Interprétant rapidement cette proposition, on peut retenir l'idée que ce qui lubrifie les échanges sociaux n'est pas la confiance, mais l’honnêteté. Nous sommes plus rarement convaincus de ce que les autres vont faire, et de leur bienveillance, que ce qu'il nous disent est vrai. La confiance n'est qu'un dérivé de cette croyance, nous pouvons en effet faire confiance pour d'autres raisons, notamment la possibilité de sanctionner celui qui a fait défaut.

Ne soyons pas étonné de la proposition d'un Fukuyama qui voit dans la société américaine plus de confiance que dans les société latines, celles qui ont développées un système judiciaire fort, permettent à plus d'agents de faire valoir leur droit quand la confiance est rompue. Une société faite de liens forts en réduit les possibilités, le nombre de ceux auxquels on peut faire confiance est restreint dans les tribus, car la sanction ne peut être prononcée que dans le cercles restreint des conseils de famille. La rétorsion est en fait le concept central des théories de la confiance.
Mais face à l'étranger, cette option est inopérante. Il a un pays de refuge où nos règles ne s’exercent pas. La confiance ne dérive pas de la sanction, mais d'un a priori.Il dit vrai, il est honnête.

Le monde de l'internet où l'identité est approximative, les possibilités de rétorsions réduites, les tribunaux incertains, n'est à pas l'évidence pas un espace favorable à la confiance. La rétorsion y est impotente. Il ne reste que cette hypothèse d'honnêteté même si le cynique ne peut l'accepter. On accorde tant d'avanatges au mensonge, à la ruse, voire même à l'hypocrisie.

Et pourtant, nous n’hésitons pas à parler à des inconnus, ni même à engager des relations sentimentales, pire nous y achetons, nous y échangeons, nous partageons. Une hypothèse naturelle serait-donc que nous attribuons à autrui une vertu que nous n'avons pas forcément complètement, celle de l’honnêteté. Hypothèse d'autant plus étrange, que le mensonge semble une chose largement partagée.

Arrêtons nous un instant sur ses formes. D'abord le mensonge peut être délibéré : on fournit aisément dans les formulaire des numéros de téléphone erronés, des noms dans lesquels ont glisse sans scrupules des erreurs de graphies, on ment sur son age, sa taille, on fourni des photos d'autres. Le mensonge peut être aussi simplement une omission. On ne dit pas tout, dans les listes de préférences on en indique qu'une partie. On se soustrait à la surveillance, effaçant périodiquement des centaines de cookies, ou nos historiques de consultation. Le mensonge est surtout souvent involontaire, il se fait dans ce que nous répondons dépend moins de ce que nous sommes que ce qu'on nous demande. Le fait est qu'entre les faux commentaires, les faux reportages, les fausses notices d'information, la fausseté des artistes de la communication, l'univers de l'internet semble être celui des faux semblants et des illusions, plus que cette galaxie d'information dans laquelle les masses d'information s'agrègent par la force d'une certaine gravité : celle de la vérité.

Et pourtant nous faisons confiance, sans possibilité de rétorsions. Nous prenons ce monde comme un monde sans biais, nous achetons, nous consommons. Nous agissons en croyant à la force de l’honnêteté. C'est le fait primaire, la confiance est un concept dérivé. De manière irrationnelle nous faisons l'hypothèse de l’honnêteté des inconnus. Nous nous en nous défions que si nous discernons chez eux, les signes de ce qu'ils nous mentent.

Ce mystère peut cependant être levé de deux manières. La première est de reprendre certaines thèses évolutionnistes. Les menteurs ont peu de chance de se reproduire, la sanction qu'on peut leur appliquer à défaut de toute autre rétorsion est de ne plus les croire. A la manière de pierre et le loup. Les menteurs ont peu de chance de se perpétuer, à force de mentir on ne les croit plus.

Mais on peut aller plus encore un peu loin, et reprendre la vieille théorie du handicap : pour signaler une qualité, on doit la prouver par un handicap. Le paon ne ment pas sur sa beauté, car sa roue en fait une proie visible. S'il se permet ce handicap, c'est qu'il possède vraiment cette qualité. Et l'avantage de reproduction qu'il en tire - être choisi par les faisanes - dépasse le coût d'être dévoré. Le paon est honnête, c'est le handicap de l’honnêteté qui lui donne un avantage.

La seconde manière de résoudre le mystère est que nous ne sommes pas des oies blanches, que menteurs nous sachons que les autres mentent. Mais nous savons qu'ils mentent comme nous ! Nous mentons partiellement. Et cela suffit pour développer une croyance particulière : celle de discerner chez les autres les éléments de leurs mensonges. Nous pourrions ainsi évoluer dans un environnement mensonger, et lui faire confiance, pour la simple raison que nous sommes persuadé de faire la part du bon de l'ivraie. C'est notamment l'objet des recherches de Joey George.

Les deux arguments se combinent sans difficulté. Dans un monde mensonger, parce que nous savons déceler le vrai du faux, ou simplement que nous en soyons persuadé, nous pouvons aisément croire que les Paon sont honnêtes. Les faisanes savent qu'ils disent vrai. Ils font de beaux oisillons. Si elle n'étaient pas persuadées de discerner le vrai du faux, une roue flamboyante d'une crête écarlate – ce ne sont pas des poules, cela ne vaudrait pas le coup pour les paons de risquer d'un coup d'éventail de dresser une cible à leurs prédateurs. Il suffit qu'elle croient que le paon dit vrai.

Dans un monde de mensonge, ce qui qui compte est finalement la capacité à croire discerner parmi les signes ceux qui sont vrais et ceux qui sont mensongers. Même si aucun signe ne dit le vrai, ceux qui sont mensongers seront testés. Les croyances erronées seront éliminées, et apprendre quels signes sont faux, en renforçant cette conviction de discerner le vrai du faux, renforcera l'idée que les autres sont honnêtes, et que fortement ils s'exprime, plus honnête ils sont.

L'hypothèse que la croyance en l’honnête des autres est le moteur de la croissance dans un univers mensongers est sans doute une des questions de recherche la plus pertinente pour comprendre la logique du monde digital.

Et si tout cela semble abstrait, revenons à un éléments concret : comment comprendre alors que 75% des gens pensent que les commentaires sur internet sont trompeurs, la même proportion en tient compte. Comment comprendre alors qu'on pense que les information sont fausses, nous les prenions en compte ? C'est parce que persuadé de discerner le mensonge de la sincérité, nous faisons l'hypothèse de l'honnêteté, que ceux qui disent vrai le manifeste au point de souffrir de profonds handicaps. Ces signes coûteux nous apprenant à discerner le vrai du faux, nous renforcent dans l'idée que ce que les autres disent est à priori vrai.

La confiance ainsi ne se nourri pas de foi mais de la pratique de l'honnêteté. Et la preuve empirique, est que du marché du village ) e-bay, au fond les escroqueries sont rares. Les marchés ne fonctionnent pas par la confiance, mais par l’honnêteté de leurs acteurs, ou du moins d'une large majorité, et par la croyance qu'ils ont de reconnaître l'honnêteté de leurs partenaires.

Publié aussi ici


13 juillet 2012

Les bonheurs de la bibliographie – à propos de satisfaction.


because satisfaction
Travaillant depuis quelques mois sur un « état de l’art de la mesure de la satisfaction client » à la demande de la Division Recherche et Développement d’ EDF (concepts, méthodes et bons usages dans le pilotage de la performance, j’ai commencé comme tout bon chercheur par un inventaire bibliographique.

Et dans ce domaine les références ne manquent pas, sans doute plus de 2000 dans les revues à comité de lecture et pour ce qui nous concerne une jolie pile de 500 références allant de 1944 à ces derniers jours. On aurait pu croire que la satisfaction était un sujet en fin de course, mais le nombre des publications ne faiblit pas, 2011 aura été l'année la plus prolixe, 2012 n'est pas en reste.

Lire, noter, annoter, comparer, classer, catégoriser est le lot quotidien des chercheurs. Sur un tel sujet la tâche pourrait sembler facile car le domaine est balisé . En fait pas tant que cela, les concepts sont relativement clairs mais on s'aperçoit rapidement qu'en termes de méthodes de mesure les travaux sont finalement rares. Plus précisément si l'on teste de manière standardisées la qualité des échelles de mesure (avec ses bons vieux alphas de Cronbach et autres rho de Jöreskog), si en jouant des modèles Lisrels on teste convenablement des modèles explicatifs, quasiment aucune mention n'est produite quand à la qualité des indicateurs. L'indicateur est ici cet agrégat ( un score moyen de satisfaction), utilisé pour établir la performance de telle ou telle unités, points de vente, zone géographique ou segment de clientèle. La construction de ces indicateurs est un des oublis de la littérature.

Mais notre sujet n'est pas là, il est dans certaines absences. Deux d'entre elle sont assez remarquables.

D'abord le NPS de Reichheld dont on lira sa réponse,  présenté souvent comme un substitut de l'indicateur de satisfaction, mais dont le nombre de références académiques sur lequel il s'appuie est fort limité et pas forcément à son avantage dans l'explication de la croissance de l'entreprise (Morgan et Rego, 200-: lire le tableau page 437). L'autre, est la référence au modèle de Kano, populaire en bien d'endroits, mais dont l'auteur Noriaki Kano, connu avec un libre lancé en 1989 mais dont un seul article apparait en 1992 dans California Management Journal. Bien sur ses idées se retrouvent dans d'autres papiers qui s’intéressent à l'effet non-linaire des attributs susceptibles de contribuer à la qualité,comme dans le travail de Sylvie Llosa. Dans le cas de Kano sans doute son double enracinement japonais, et industriel permet de comprendre son absence dans le champ du marketing. Dans le cas de Reichheld, les choses sont plus étonnantes, dans la mesure où les compétiteurs ( l'ACSI ou Servqual) sont particulièrement bien représentés dans la littérature.

On pourrait se désoler que le monde académique croise peu celui des consultants, que les ingénieurs partagent peu avec les commerciaux, que le brassage des idées ne soit pas pleinement assuré par les systèmes de publications. On peut se rassurer en pensant au contraire, et c'est le projet auquel nous travaillons, que c'est dans l'interaction que les outils peuvent être mieux évalués, mieux construits, et permettre l’émergence de nouvelles idées .

Nous en resterons à un simple niveau méthodologique. Même si la littérature académique ne couvre pas toujours la totalité des idées en circulation, elle permet cependant d'établir ce qui est établi et de remettre en question ce qui ne l'est pas véritablement. Le modèle de Kano reste une idée forte, le NPS mérite un examen plus sérieux de ses fondements scientifiques.

Bien au-delà on s'aperçoit qu'un champ qu'on pensait bien couvert, recèle encore des espaces vierges : Pour la satisfaction, il y a sans doute le problème de la comparabilité des indicateurs, ne serait-ce que pour se comparer aux concurrents, ou de comparer des unités commerciales entre elles, ou mieux encore d'analyser les conditions de progrès ( Une des lacunes de la littérature est aussi dans l'analyse de la dynamique de la satisfaction). Il y a aussi plus largement un point de vue plus large, que ce principe de satisfaction des attentes, qui fait de la définition des attentes, une convention (et c'est assez surprenant car l'économie agro-alimentaire a un temps largement mobilisé ces thèses – on pensera à P-Y Gomez). Le champs reste ouvert.

5 juillet 2012

La relation client, c'est aussi dans le secteur public (avec des conditions)

La postière arrive...
L'occasion fait le larron. Nous pensons généralement que la question de la gestion de la relation client est un impératif du secteur marchand, il devient à l'évidence aussi celui du secteur public. L'invitation à un débat dans le cadre des rencontres Acteurs Publics avec Xavier Quérat-Hément, auquel on doit cete belle transformation des bureaux de poste, et Hubert Joseph-Antoine qu'on lira avec attention, nous donne l'occasion de réfléchir à l'extension de la doctrine du management de clientèle.


Le secteur public n'échappe pas à cette transformation des relations entre les organisations et ceux avec qui elles échangent : clients, usagers, abonnés, bénéficiaires, adhérents, administrés, consommateurs, citoyens, redevables, partenaires, ayant-droits, sociétaires, coopérateurs, membres ...la liste est longue. Cette transformation fait de la gestion de la relation l'élément central, il implique la capacité à créer de la confiance, parfois de l'attachement, à individualiser et fluidifier les échanges, à améliorer la qualité de l'expérience.

Le secteur public peut sans doute regarder avec intérêt les meilleures pratiques du secteur privé dans lequel par une nécessité économique un effort tout particulier s'est développé depuis 30 ans pour faire de la relation l'enjeu principal du marketing. Il devra cependant prendre garde à inventer ses propres solutions : l'usager n'est pas client, le consommateur n'est pas un citoyen, et vice versa.

On verra mal la police récompenser les administrés qui dénoncent le plus et le mieux, il semble difficile de demander aux victimes et aux condamnés leur sentiment de satisfaction à la suite d'un jugement. On peut cependant espérer qu'une certaine manière d'agir de la police fasse que son action soit accepté et que ses enquêtes soient facilitée, de même que les décisions de justice n’entraîne ni doute ni amertume. En considérant les fonctions régaliennes on s'aperçoit rapidement qu'il est difficile d'assimiler les critères de la convention marchande. La légitimité est bien supérieure à la satisfaction. Penser la relation dans ce cadre implique de donner plus de poids à la première qu'à la seconde. Cela cependant ne résout pas toute les questions. Même si dans les deux cas que nous évoquons la contrainte est le trait dominant, elle peut cependant s'exprimer dans des registres différents. L'autorité que nécessite la police peut provenir de la peur mais aussi du respect. Celle de la justice peut se réaliser dans la vengeance populaire, ou l'indépendance et la sagesse. La relation se construit dans le rôle que se donnent les acteurs de la relation, autrement dit dans le systèmes de normes, obligations, interdictions et droits que l'on s'accorde.

On pourrait penser que le régalien est un extrême, mais prenons le cas plus discutable de l'éducation dont il existe aussi bien des modèles publics que des modèles privés et marchand. Doit-on considérer l’elève ou l'étudiant comme un client ? Le placer au centre du système ? Et donc le faire juge ultime de ce qu'on lui enseigne ? Si l'on suppose qu'il est conscient des enjeux de l’éducation pour sa vie future et que ces jugements s'appuient sur cette perspective, il est une forte chance que l'expression de sa satisfaction soit un bon indicateur de gestion, mais raisonnerait-il à courte vue n'envisageant ses succès qu'avec un effort minimum, il serait probable que n'aurait grâce à ses yeux que les matières dont les pédagogues considèrent qu'elles ne sont pas primordiales. Par chance même dans les écoles privées on continue à penser que les mathématiques sont essentielles et que la valeur de son enseignement ne tient ni dans les notes ni le plaisir qu'y éprouvent les étudiants. Il peut même y avoir une perversité à faire de l'échec une règle, de la douleur un critère de succès, et de n'appuyer finalement son jugement que sur la réputation et l'allure d'un professeur dont personne ne peut vérifier ni le savoir, ni la pédagogie.

Ces exemples suffisent à démontrer que l'on peut difficilement réduire à un rôle de client l'élève, l'administré, le justiciable, ou le citoyen. Le critère de satisfaction des attentes n'est pas suffisant, celui-de confiance est sans doute meilleur mais incomplet, celui de la légitimité des services rendus devient essentiel.

Plus profondément la relation est avant tout une convention dans laquelle les partenaires de l'échange s'accordent à se donner un rôle et définissent les critères de jugement de qualité de cette relation. Cette convention n'est pas donnée, mais construite. Dans cette construction l'initiative appartient clairement aux organisations, même si les acteurs individuels et leurs associations peuvent contester, réinterpréter, refuser les rôle qui leur sont donnés. Le choix des mots est essentiel : considérer le sujet de la relation comme un client ou un administré, le place dans une situation bien différente à laquelle il peut adhérer ou qu'il peut contester. C'est aussi se placer dans une symétrie de rôle : au premier il revient d'agir pour satisfaire les attentes, au second d'appliquer le droit de la manière la plus juste. La réaction du sujet naturellement dépend de ce qu'au rôle qui lui est attribué correspond un rôle symétrique. Voilà matière à une négociation préalable à l'établissement de la convention. Il n'y aura pas de relation par la magie de la technique mais par l'effort social que les acteurs produisent pour trouver le bon consensus dans les rapports qui les régissent.

Qu'il s'agisse du privé ou du public – mais il serait meilleur d'envisager d'autres gradation : le régalien, le service public, l'économie sociale, le mutualisme, le patrimonial, le capitalistique - le point commun se trouve dans la nécessité pour les uns et pour les autres de s'approprier des technologies foisonnantes dans la mise en œuvre de leurs politiques relationnelles. Les technologies offrent naturellement autant d'opportunités que de contraintes, elles permettent de réduire des coûts, d'améliorer la qualité des services, de densifier la qualité de la relation, de l'individualiser, mais peuvent remettre en cause la convention relationnelles en imposant ses propres critères. Que le digital permette de renforcer la disponibilité temporelle des services aiguise les attentes, qu'elles permettent une individuation elles induisent une réduction du soucis d'équité. Et là se trouve un enjeu essentiel.

Les sujets sociaux ont appris dans leur multiple rôles que l'immédiat était possible et par leur expérience de la démocratie qu'il doivent être traités comme les autres et en fonction de leurs efforts - c'est parfois contradictoires! Les rôles sont une chose mais nous avons appris à endosser différents habits, nous les enfilons aisément l'un après l'autre. C'est bien là la difficulté : quand le citoyen se comporte en consommateur et que le consommateurs exige les droits du citoyen, il est bien difficile de concevoir une politique de gestion de la relation.

Alors à l'évidence,  l'administration ne peut plus se comporter comme une autorité et doit mettre en œuvre les moyens de faire que dans les limites des droits, il faille pour satisfaire les attentes égoïstes de sujets qui pensent que leur désir est un droit, des méthodes nouvelles. Ce n'est pas pour autant qu'elle doivent sacrifier aux caprices que l'économie de marché encourage. Si l'on doit imaginer que les méthodes de la gestion relation doivent s'étendre à la sphère publique, il faudra sans doute réfléchir à la dimension morale.Dans la qualité de la relation l'intégrité et la dignité seront sans doute des critères déterminants.

Mais plus encore, dans un environnement où l'administration ne dispose pas du choix de ses clients, et dispose de ressources limitées qui doivent être distribuées à tous ( et qui deviennent plus rares, c'est une évidence), on ne pourra penser la relation client avec la débauche de moyens qui est celle du secteur profitable. Il faudra penser une relation frugale, centrée sur l'essentiel. Et si elle doit emprunter au monde marchand, une bonne indication sera de l'inciter à regarder ce que l'on fait dans les formes variées des modèles low-cost. Mais la commence une autre histoire que nous poursuivrons dans d'autres posts...

30 juin 2012

Minitel : pas de pleurs


Et donc ainsi le Minitel est mort. L'est-il vraiment ? 

Le cloud et les applis ressuscitent en partie cette idée d'un télématique centralisée qui gère les informations et les distribuent sans qu'on puisse les conserver.

Une information peu contributive, difficilement partageable. Ne serait-ce que pour cette raison pas de regret pour le trépas du Minitel. Il a décliné depuis 1995. Quand les premiers mobiles et le web ont pris leur élan.

De nombreux témoignages rappellent que les machines les plus simples peuvent susciter une affectiontouchante. Certains s'y seront perdus dans le désir, d'autres dans l'administration, on ne lui retirera pas qu'il a offert de fiers services à une génération et à des populations. Pas de pleurs pour un modèle imparfait, pas de pleurs pour une idée de la communication qui sépare le producteur du consommateur, nous préférerons un modèle où les contributeurs se retrouvent dans des plateformes, et que leurs assemblées en définissent les règles.

Nous y auront appris que le média n'est pas un transporteur, il est aussi une puissance qui traduit les messages avent de les répercuter. Le média ajoute à l'information comme le commerçant ajoute au produit : des signes de confiance, de qualité, de crédibilité. De sens. Le message c'est le média, et le massage des médias fais ce que nous pensons de l'information. Le minitel n'a pas été un média et pourtant il signe un modèle qui s'obstine, cette idée qu'il faut un centre pour optimiser la communication, être le garant de l'intégrité, la vertu d'un chef.

L'internet a triomphé du minitel, ses services s'y sont transversés Pas de pleurs pour un bel essai, ses ingénieurs ont fait un beau travail, mais dans l'écologie sociale, les technologies choisissent moins leurs cibles, que les cibles choisissent les technologies, même quand elles imposent leurs choix à d'autres moins puissants. Mes foules ne se sont pas retrouvée dans le X25. L'innovation est aussi une question politique, une questions de foules. Le Minitel est victime bien sur de la globalisation.plus encore d'une idée que c'est l' Etat qui régit nos communications. Nous en avons fini avec cette idée.Nous vouons être libre et gardez sous la main les données qui nous sont utiles.

26 juin 2012

Intimités digitales : là où on est.


Geotattoo
Non il ne s'agit ni de texting, ni de lettres érotiques. Juste de cette question lancinante qui met en balance la faculté d'offrir aux consommateurs des produits ajustés à leur besoin pour autant qu'ils concèdent à céder des informations personnelles. Parmi celles-ci il en est une essentielle qui est de dire là où ils sont. La géolocalisation est cette petite chose qui touche absolument notre intimité.

Généralement nous préférons que peu sache où nous sommes, et quand nous souhaitons qu'on le sache c'est que nous avons une bonne raison. Dans tous les cas une des choses les plus précieuses est de contrôler la diffusion de nos adresses. Dans un monde qui permet potentiellement de situer chaque humain, et donc de l'exposer aux actions des autres, on peut considérer que l'acceptation d'être géolocalisé ressort de l'intimité la plus profonde.

Comprendre comment se construit cette intimité peut passer par un test assez simple : demander si l'on accepte d'être situé dans l'espace, sur un plan, et que cette information soit disponible pour certains acteurs. Des marques, nos amis, un opérateurs téléphonique, un réseaux social, une banque, la police... 

C'est cet exercice de mesure que tente une de nos étudiantes ( répondez aussi au questionnaire) dans son mémoire de master. Le résultat essentiel se tient dans la figure suivante. Il est encore fragile, ce n'est qu'un pré-test*, il nous offre déjà quelques enseignements.
En regardant le détail ( zooomez l'image) ce que l'on accepte est ce qui appartient à notre initiative. Ce que l'on rejette est ce qui appartient à l'initive des autres. On accepte volontiers d'être géolocalisé pour trouver son chemin, on refuse de l'être pour que nos amis nous retrouve. La clé est cette idée du contrôle de soi. Un idée simple et essentielle. Nous donnons des informations sur nous-même pourvu qu'elles nous permettent de rester maitre de notre destin, nous refusons d'en donner quand elle nous soumettent au désir des autres.

Il n'y a pas d'absolu de l'information, ni même de la vie privée, il n'y a que des situation qui font de nous le maitre de nos destinées ou l'esclave de la volonté des autres. En bref, l'idée de la liberté. Maintenir en l'état des contraintes la possibilité de nos volontés.

On imagine des jeux plus complexes : certains pourraient être prêt à accepter d'être localisé en tout temps et tout lieux, car ils savent qu'au moment où l'influence s'exerce ils peuvent la maitriser à leur avantages. d'autres sont si faible qu'ils tenteront de n'être jamais localisé. 

Douze questions suffisent pour saisir les ressorts de l'intimité ( il en faudra sans doute encore une demi-douzaine). Ils sont ceux du pouvoir et de l’auto-détermination.  Le technologie ne change rien à l'essentiel. Nos jouissances ne valent que pour autant qu'on les contrôle, nous pouvons laisser tout savoir de ce où nous sommes pourvu que nous soyons sûr de maitriser ce que les autres feront de cette information. Dans le doute nous préférons être silencieux, cachés, indécelables. 

Il reste à explorer cette idée simple, on peut former l'hypothèse que ceux qui ont le sentiment de maitriser mieux leur devenir accepterons plus facilement les facilités technologiques que ceux qui pense pouvoir en être les victimes. Le monde nouveau qui trace nos parcours, les inscrits dans les cartes digitales, ne se fera qu'avec des sujets puissants. les cartes sont aussi précises que nos libertés de circulation sont garanties.


Nota : juste le point de départ du séminaire du 27 juin à l'ISCC. Merci Thomas.


* Nous aimons les pré-tests, il suffit d'une belle centaines de réponses pour que se dessine le fait. Audelà on obtient de la précision, à ce niveau si le fait est il se manifeste assez fort. Les pré-tests sont le meilleurs moment pour penser l'étude, il laissent anticiper les résultats, sont assez indécis pour qu'on se pose encore des questions.

24 juin 2012

La révolution client n'est pas finie !


The intricate Matrix
C'est un mouvement qui est né dans les années 90, et a trouvé au virage du millénaire un nom et des techniques : le CRM, la pratique d'une stratégie orientée vers les clients, n'a pas fini d'évoluer. La révolution du client se poursuit.

Elle conserve la quadruple raison deson intérêt : a) le CRM réduit les coûts de gestion de la relation client b) il améliore les services délivrés c) il renforce la qualité de la relation d) il permet d'exploiter au mieux les sensibilités aux prix et à la qualité en personnalisation les services et la relation qui les portent.

Aujourd'hui elle trouve dans le Cloud et le Big Data de nouvelles perspective et une nouvelle promesse des données. Plus que connaître les grands volumes de données permettent d'agir et d'ajuster les décisions les plus microscopique : gagner quelques cents sur des centaines de millions d'interactions.

Ce volume provient de sources diverses : du babillage de notre smartphone qui échange continuellement avec les antennes fournissant une date et une localisation, mais aussi du mouvements des fluides que l'on consomme dans la maison et dont bientôt le détail sera connu à la seconde, il peut s'agir de la voiture, de notre santé, de nos activités. Il vient aussi de ce vaste mouvement de dématérialisation qui fait des factures, des contrats, des polices, des relevés de comptes la matière de nouvelles données.

La dimension sociale des données s'est désormais bien établie. De vastes réseaux sont identifiés, on en découvre la dynamique, ils redéfinissent la qualité de la relation client sous l'angle de la participation et de l'engagement, faisant des clients les acteurs du marketing. Les encourager à partager l'information ou à militer devient soudain l'enjeu. Plus profondément il ne s'agit plus de gérer des rendements à coup de campagnes, mais de structurer l'audience et les médias qui la desserve. Une question d'architecture. Comprendre leurs complémentarités.

L'ampleur du mouvement, les changements d'échelles dans l'acquisition des données, portent à réflchir et parfois à militer. Cette idée du Berkam Center, le VRM, le mouvement de l'Open-data, les défenseurs de la privacy, contribuent aussi à dessiner un autre visage du CRM. On imagine des bases de données décentralisées que le consommateur contrôle et qui s'ouvre à volonté aux moteurs d'agrégation et autres crawlers. Un retour au P2P comme y ressemble Diaspora. Des coffres forts électroniques, des agents personnels cherchant sur le marché des offres ajustées. Après une ère de centralisation des bases de données va-t-on assister à une déconcentration extremes? Aux fermes de serveurs succéderont peut-être des milliards de serveurs personnels?

L'impératif du customer-centric qui se maintient depuis plus de vingt ans, trouve la nécessité de son renouvellement dans le développement des technologies supposées l'améliorer.

PS : le fil conducteur de l'intervention faite au Cercle du CRM

18 juin 2012

Consommation collaborative : prétester le matérialisme

Swap
Juste quelques résultats préliminaires. Un pré-test conduit par une de nos étudiantes du Master Marlketing Opérationnel International. Le questionnaire est là, remplissez le pour de meilleurs résultats. L'intérêt pour les formes de consommation collaborative vient-il des valeurs du matérialisme?

En matère de consommation le matérialisme n'est pas dialectique, du moins il ne se présente pas ainsi. Il se pétrit de croyances, de goûts, d'attitude qui font qu'on puisse croire que l'accumulation des biens contribuent au bonheur, du sentiment que la dépense est nécessaire, de ce qu'on voit que le prestige s'incarne dans les biens que l'on possède. Des références clés dans ce domaine sont McCracken, Richins, et quelques autres. Qu'on prête aux bien une valeur plus ou moins importante pour réaliser le sentiment d'avoir réussi, de signaler aux autres sa valeur, ou de n'être que faiblement convaincu par les vertus de la frugalité, pourrait être une raison de pourquoi nous adhérons à l'idée de partager les biens dont nous tirons des effets utiles et agréables. Le voiture, un livre, un disque, une maison ou un crédit peuvent parfaitement être consommés collectivement, y sommes-nous prêt?


Est-on prêt à partager nos bien ? Quelques résultats répondent plutôt oui mais sans enthousiasme. On le ferait volontiers pour des livres ou des CD,- mais n'est-ce pas le rôle des bibliothèques ? , aussi pour le covoiturage – sans doute un budget à réduire! moins volontiers pour des emprunts collectifs – c'est sans doute une opération trop abstraite et apparemment incongrue.

A ce stade peu de différences significatives, excepté les femmes qui partagent plus volontiers. En spéculant on partagerait d'autant moins qu'on est plus âgé et que le degré de diplôme est plus élevé. L'échantillon du pré-test est ici clairement insuffisant pour faire émerger des patterns significatifs.

La question centrale est cependant celui de l'importance de l'idéologie. Nous avons étudié cette question en nous appuyant sur l'échelle des valeurs du matérialisme proposée Richins et Dawson (1992) et adaptée en français par Richard Ladwein. Dans notre cas une ébauche de la solution, sur un pré-test de 140 personnes, apparaît dans le tableau suivant.

 
Les trois dimensions du matérialisme ( la frugalité, l'ostentation et la) expliquent peut être aussi dans leur généralité l'intention de partager ces catégories de produits. Le poids est mesurés ici grâce aux betas standardisés de modèles de régression appliqués à chacune des intentions de partage propres à chaque catégorie de produits – un modèle d'ensemble est aussi calculé. 

On y ajoute deux questions spécifiques : l'intérêt pour la catégorie de produit ( implication) et de l'importance accordée à la possession de ces biens ( propriété), les deux variables sont saisis par un item. Les corrélations sont faibles, mais un certain nombre d'entre elles sont significatives, elle vont dans l'ensemble dans une même directions. Les r² cependant restent faibles même en deçà des seuils de signification : il y a sans doute de nombreux autres facteurs qui pèsent : la crédibilité de l'offre, son coût d'accès, les avantages qu'elles présentent. 


La volonté de posséder est nullement liée aux partage, celui-ci serait-il sans rapport avec le sens de la propriété? Quand à l'implication c'est dans le cas des vêtement et du crédit qu'elle joue positivement, sans doute l'expression d'une certaine compétence qui trouve matière à s'exprimer : trouver la bonne affaire..

On observe une corrélation négative entre la croyance que posséder des choses donne du prestige et l'intérêt pour partager le bien. C'est de cas de la maison, des vêtements et de la voiture. Moins on y voit de vertu symbolique et plus on est prêt à partager. Quand le bien représentent notre puissance, il faut les posséder pour que l'effet d'ostentation se produise !C'est une corrélation positive qui se manifeste pour la maison, la voiture et le crédit et le sentiment que les biens terrestres font le bonheur. Plus on croit que l'accumulation des biens est importante et plus on serait prêt à partager, car c'est le moyen d'obtenir ce qu'on ne peut posséder avec ses propres ressources.La frugalité conduit à vouloir partager ses lectures et ses musiques. Cet anti-matérialisme est sensible à la poésie du livre qu'on abadonne sur un banc public, elle s'enthousiasme peut-être dans le piratage....

Manifestement le matérialisme ne prend son sens que dans son rapport aux objets. Il n'a pas un déterminisme unique, ses facettes jouent différemment selon les objets. Il contribue faiblement. Un effet fort s'enregistre avec de faibles échantillons, s'il reste à peine sensible, c'est que même avec des mesures plus solide, son effet est sans doute faible.

Voilà une piste intéressante. Le matérialisme n'est pas une fatalité de la faiblesse humaine, elle ne conduit pas nos conduite. Sans doute il faut revenir au détails de ces offres. La consommation collaborative pourra devenir significative pour autant qu'elle apportent des avantages évidents et un accès facile. L'idéologie sans doute forme une part marginale de nos préférences, surtout quand il s'agit de choses nouvelles. 

Même si ce poids est faible, il peut cependant orienter les domaines où il peut jouer un rôle important. Sans doute là où les investissements des consommateurs sont importants mais aussi dans ces choses dont la valeurs marchande est faibles qui qui véhicule un éthos dont on est fier. Nous en sommes encore aux hypothèses. L'avantage des pré-tests par la faiblesse de leurs échantillon est d'écarter les hypothèses marginales, ils renseignent aussi ce dont nous ne savons encore presque rien.

Il n'y a pas de conclusion à cette note d'étude. Sauf une, n'attendons pas du côté de l'idéologie le vent qui oriente le destin de la consommation collaborative.
_______
A lire aussi : Consommation collaborative : le marché aux frontières de l'intimité




13 juin 2012

La relation est fille de l'aliénation


Car whash
On possède tous une voiture, et quand elle est encore assez neuve, nous savons que sa panne est de moins en moins réparable par le garagiste du coin. Des codes sont nécessaires pour atteindre le moteur, ils en demandent d'autres – un agrément – pour que le garagiste puisse y toucher. Nous savons tous cela, en pestant contre le progrès, cette complexité qui fait que nous ne sommes plus tout à faire propriétaire de ce que nous avons acheté. Et nous prêtons de moins en moins de valeur à nos automobiles. Ceux qui leur en prêtent encore sont mécaniciens.

Si le transfert de propriété était vraiment complet, nous pourrions transformer les objets à notre guise : les bricoler. Mais c'est de moins en moins le cas. La panne est irréversible et nous pestons contre la faible durabilité des choses. Le moteur des choses est fermé, nous obligeant à les racheter quand elle faillissent. On peut aussi y voir ce jeu pervers de la relation, de la dépendance. On achète moins la nue propriété que l'usus. Nos biens deviennent des services, leur prix est juste celui de l'accès.

Nous savons tous cela. Mais ce n'est pas assez. La question n'est pas celle de switching-cost malicieux, mais en fait celui de la valeur des choses. Si le transfert de propriété est incomplet ce n'est pas seulement parce que les marques ont institué des entraves, mais aussi car nous avons perdu un savoir d'agir sur ces choses et le goût de l'effort. Cette observation doit nous conduire à un autre regard sur la relation : le développement de la relation client n'est pas seulement cette stratégie des marques qui vise à nous fidéliser, elle est aussi la désespérante tentative des marques pour pallier à la perte de valeur que l'inconséquence des consommateurs produit. Notre fainéantise ruine l'effort des fabricants à donner une valeur aux choses.

Que de l'électronique ait été introduite dans les moteurs ne vient pas tant de la malignité des constructeurs ( il y en a sans doute un peu), mais de notre désir de consommer moins, d'avoir plus de confort, plus de sécurité tout en renonçant à consacrer nos samedis à briquer la carosserie. Que nous n'ayons plus de savoir mécanique a certainement enlevé à la chose une grande partie de sa valeur. La valeur d'un bien ne vient pas que du bien lui-même, mais aussi de savoir l'utiliser. Un même bien vaut différemment selon les savoirs que l'on possède. Un livre ne vaut rien pour l'analphabète, il est hors de prix pour le savant. Un bien qu'on ne sait pas réparer vaut moins que celui que l'on peut bricoler.

La relation dans tout cela est sans doute la nécessité imposée par cette dépossession. Cette relation prend la forme concrète des services après vente. Elle prend aussi la forme des services de consommation. Pour vendre un hamburger il faut aussi prendre en charge la régulation du poids. Qu'on indique sur un paquet de corn flakes la composition nutritionnelle ne suffit pas, nous accompagnons cette vente de service de coaching.

La valeur ajoutée que les marques tentent d'apporter avec le SAV, les services clients, le grooming, le coaching, les communautés ne sont pas que le résultat de la compétition, mais aussi celui d'une baisse de valeur des biens qu'il faut compenser. Cette hypothèse forte que nous formulons ici est celle d'une baisse des valeurs d'usages qui provient de notre capacité réduite à utiliser les choses. Ce n'est pas pour rien qu'on donne des leçons de bricolage dans les grandes quincaillerie.

La société de consommation n'est finalement pas celle d'une célébration de l'hédonisme, mais le fruit d'une aliénation : quand le consommateur est étranger à ce qu'il produit, la valeur de ce qu'il consomme n'est plus dans le produit, mais dans l'assistance qu'on lui fournit pour y trouver encore de la valeur. Ce qui nous satisfait réside moins dans les biens que dans l'effort que nous produisons pour en tirer une valeur.Cet effort n'a pas besoin de relation.



28 mai 2012

Satisfaction : une étude barométrique


The refined beauty
Une situation courante dans les entreprises de services et de distribution est de mesurer la satisfaction ou d'autres indicateurs proches, pour des unités géographiques distinctes et identifiables : des points de ventes, des bureaux d'orientation, des bornes ou automates, une multitude de localisation. Quand le réseau comprend des centaines d'unités, certaines variétés, certaines d'analyse sont utiles.

C'est l'objet de cette étude, une première plongée dans une jolie base. 300 000 jugements de satisfaction.

Ce n'est pas tout à fait du big data mais cela donne une idée des méthodes de résolution qui doivent être mises en œuvre quand les données sont abondantes. Elles ne sont pas forcément complexes, elles tirent l'avantage d'une répétition. Pour chaque unité nous pouvons ajuster un modèle, une variation. Et comparer.

Dans notre cas il s'agit de données relatives à une mesure de satisfaction qui concerne 166 points de ventes d'une chaine de distribution dans un pays européen. Et juste une première analyse pour tester des données. Pour chacun des points de vente les tailles d'échantillons sont de l'ordre de 1000. la médiane est vers 900. Nous disposons sur cette base de données de près de 170 000 observations, pour 166 unités d'analyse - des points de ventes. Nous pouvons donc pour chacune d'elles estimer un modèle de satisfaction dont la structure est :

      Sij=aij+a1jOffre(ij)+a2jMerch(ij)+a3jCommodité(ij)+a4j*Personnel(ij)+eij

     ( i indice l'individu et j le point de vente)

Les paramètres correspondent ici à l'accroissement de satisfaction globale assurée par le fait d'être noté parmi les 15% meilleurs. Si le coefficient obtenu est de 0,5, cela signifie qu'être noté parmi les 15% des meilleurs accroit la satisfaction globale de 0,5 point. Voilà qui peut servir de point d'ancrage pour évaluer les valeurs de l'étude.

L'idée est dans l'esprit de la méta-analyse de prendre partie de la possibilité de faire une étude des études et ainsi de mieux comprendre et d'ajuster les modèles. Un exemple simple est donnée dans l'illustration suivante où un modèle de satisfaction multi-attributs est estimé à chaque point de vente. On peut ainsi étudier directement les distribution des paramètres, et d'essayer de comprendre en fonction de quoi elles varient.

Dans notre cas il s'agit de 4 facteurs principaux : l'assortiment des produit, la qualité du merchandising, la facilité de circulation dans le point de vente et la qualité des interventions du personnel. On observe que ces effets varient du simple au double. Dans le cas du merchandising qui a la valeur moyenne la élevée pour sa contribution (de l'ordre de 0.67), la plage de valeur va de près de 0.5 jusqu'à presque 1. L'influence de cette variable change fortement d'un point à l'autre. Il reste à savoir pourquoi.

Ces sensibilités ne sont pas tout à fait indépendantes comme en témoigne le tableau des corrélations suivant. Il y a un lien significatif entre l'offre et le merchandising, une autre entre la qualité du personnel et la facilitation de circulation. Dans certain cas c'est la manière dont l'offre est présentée qui compte, dans d'autres c'est l'orientation dans le magasin qui est déterminante. Les corrélations partielles confortent la force de ces liens.


On sera étonné que seul la sensibilité du merchandising varie négativement avec la taille des magasins, plus ils comprennent de personnel et moins la mise en scène est importante elle reste l'apanage des petits formats.C'est ici qu'il faut mettre en scène les produits et motiver les gérants.

Ces coefficients de sensibilité semblent cependant peu varier avec des variables telles que la taille du magasin, la localisation, ou même la région. En voici un résumé pour la taille des points de ventes.

A cette échelle peu de différences sont significatives, mais des patterns apparaissent. On comprend mieux cet effet dans la figure suivante ou les niveaux des facteurs varient avec la taille : la mise en place est d'autant plus importante que les magasins sont petits.

A l'inverse même si ce n'est pas tout à fait décisif, dans les grandes unités le personnel a un poids plus fort sur la formation de la satisfaction. Mais ce n'est qu'un facteur.

Donnons aussi les différences selon la localisation : en centre ville ou à l'extérieur. Très clairement le merchandising est plus important dans les unités hors centre. Dans cet environnement c'est sur la mise en place des produit qu'on peut obtenir une meilleure évaluation. Les données sont cohérentes. A contrario dans les zones urbaines, où les unités sont grandes c'est le personnel qui est la clé. On le comprend bien, le confort des visites devient important quand l'offre ne peut plus être bien évaluée, l'abondance demande de l'aide et des efforts.

Un des enseignements de cette étude est que les paramètres de sensibilité des attributs de la satisfaction varient fortement selon les points de ventes. Ces variations sont peu expliquées par la taille, la région, ou l'effectif. D'autres facteurs déterminent sans doute ces variations, il reste à les découvrir. L'essentiel d'en prendre compte : une politique bonne dans un magasin n'est peut-être pas la meilleure dans un autre.

Mais la méthode simple rend bien compte de cet enjeu : même si nous pouvons user de modèles sophistiqués et subtils comme les modèles multiniveaux (1), c'est l'ingéniosité qui doit avoir le premier mot, un ingéniosité qui rende compte que les modèles varient dans leurs paramètres, Rares sont les travaux de cet ordre, une exception est le travail de Mittal et kamakura(2)

Il reste à mettre en œuvre les procédures et les cadres théoriques qui en exploiteront la moelle : ces variations d'un lieu à l'autre. Cette idée que les modèles n'ont de sens que dans la variation de leurs paramètres. Et que c'est celà qui permet une gestion fine des canaux, de comparer les unité et d'évaluer au mieux l'allocation des ressources.

(1) Ray J.-J., Ray D., 2008. Modéliser les phénomènes multiniveaux en marketing, Recherche et Applications en Marketing, Vol 23, n°1: 55-80.

(2) Mittal V, Kamakura W, Govind R. Geographic Patterns in Customer Service and Satisfaction: An Empirical Investigation. Journal Of Marketing July 2004;68(3):48-62.

PS : données modélisées par A Benabi,  et rassemblées par Init .

24 mai 2012

Vendredi noir - la valeur de nos données


And your point is?
Et non, ce n'est pas le relatif échec de l'introduction en bourse de Facebook, c'est le lundi que le cours s'est effondré mais le fait que l'intimité de presqu'un milliards d'individus fasse la richesse de quelques uns. Et cette ahurissante histoire que le capital ne se forme plus dans la plus-value tiré de la différence de la valeur de travail et de la valeur marchande, mais dans le fait que ce sont les consommateurs qui fournissent le capital.

Nous l'avons déjà expliqué ici, (et on pourra en écouter une version audio ci- dessous)  d'autres explications sont .

Le prix d'introduction a sans doute été trop élevé, le volume aussi, les spéculations trop hasardeuses, l'avidité sans retenue. Après les consommateurs, ce sont les investisseurs qui se sont fait avoir. Les déboires de ces derniers ne ne sont que des détails face à l'essentiel. L'univers de l'information défie les droits de propriétés.




Ce que Facebook fait n'est pas neuf, transformer la propriété commune en une propriété privée. Faire de nos coups de cœurs, de nos amitiés, de nos goûts, des traces que nous laissons au monde en pensant qu'elles s'effacent comme un parfum sous le vent, sa propriété. Une valeur fragile au fond, qu'il y imposent des droits n'en fait pas encore une valeur marchande. Il ne s'agit pas non plus seulement d'éthique,

L'affaire est discutée depuis longtemps avec la musique, le cinéma, le livre, elle est encore plus claire ici car il s'agit de nos goûts et de leurs expressions. Ce que nous disons à propos de ce qu'on aime a toujours appartenu à ce bien commun, ce qui appartient à tous et à personne , mais permet à tous, de vivre avec les autres. Ce bien là est accaparé comme si on avait volé un rein. 
Il va falloir désormais penser mieux le bien commun. Serait-ce dans une optique transcendante, celle de de Maritain par exemple. Il faudra éclaircir le concept comme le fait avec une remarquable précision Alain Beitone  dans cet article du Mauss en distinguant bien publics, collectifs, et bien tutélaire, montrant ainsi que ce qui fait le bien commun ne se définit pas par les seuls critères économique ( rivalité et exclusion par les prix) mais par un critère politique. On peut donner un prix au rein, au coeur, au sang, et celui qui reçoit le greffon exclue de fait un autre de la vie qu'il rend possible, et pourtant au titre du sacré, ou simplement de l'éthique, c'est par la loi qu'on les a retirés du marché. Nos données ne sont-elles pas aussi nos organes? Mieux un corps sans organe.

Beaucoup plus simplement,  se dire que nos données, nos idées, nos inventions, nos impressions, ne sont pas des biens comme les autres, même si leur incarnation, leur matérialisation, en permet l'appropriation et la marchandisation. Il faut leurs  restituer des droits négociés et sans doute renégocier les droits définis. Pourquoi les œuvres des artistes dont on croit qu'il font partie du bien commun de l'humanité devrait-il durer 70 ans ? Pourquoi pas 20 ans comme le propose Lars Christian Engström ? Pourquoi les molécules qui soignent devraient être protégée 20ans? Pour inciter leurs inventeurs à inventer et jouir d'un droit limité elles sont limitées. Ne discutons pas la durée. Juste le principe. Les œuvres de l'esprit ne peuvent être des propriétés absolues. La société s'est déjà mise d'accord sur cette idée.

On peut donner à Facebook des droits d'exploitation, on doit lui demander de rendre les dividendes au titre d'un investissement en capital. On peut accepter que ses fondateurs et premiers investisseurs s'enrichissent, faudrait-il encore qu'ils rendent au commun ce qui lui appartient. Et quelque soient les causes véritables du fiasco de l'IPO, une fin de cycle du social qui devient une fonction parmi d'autres, des erreurs d'appréciation de la véritable valeur d'une entreprise qui peine à vendre, pire une manipulation boursière, ce à quoi il faudra réfléchir est à la propriété de ces bribes d'information qui ne peuvent prétendre à former des œuvres,  et dont la valeur varie au gré des circonstances et des agrégations.

PS :  les sons sont issus d'une série de chroniques - ClairEco- réalisées par l'agence Moustic The Audio Agency pour le cercle de l'Obsoco auquel nous sommes ravis de participer.

6 mai 2012

#Icilondres..culture et convention


#radiolondres..
L'observation quotidienne est sans doute insuffisante pour rendre compte de la réalité des médias sociaux, il y a cependant des événements qui sont frappants. Les #, TT et RT font émerger des figures stables autour desquelles s'organisent l'actualité, font figure de point de ralliement et de pivot dans la danse incertaine des informations. Une variante d'actualité se manifeste encore aujourd'hui avec le hashtag #radiolondres, délicieuse invention qui condense l'esprit de résistance, le jeux des frontières, déjouant les interdits et réduisant l'angoisse d'un résultat espéré mais pas encore obtenu. Souvenons-nous que les théories de la rumeur s'ancrent dans l'incertitude.

L'observation est que si la technique met à disposition des fonction : le # pour marquer des mots-clés, le RT pour retransmettre sans peine les message, le twit trend pour identifier ce qui dans l'instant marque l'attention, le contenu est défini par la foule.

Il y a un an, les révolutions du printemps arabes ont pris dans leur intensité et leurs formes l'empreinte de ces médias, et depuis la foule a appris. Un des twits qui circulaient avec le plus d'obstination était une variante celui-ci. Chacun l'entend avec clarté, il est presque inutile d'en faire le commentaire : les dictateurs sont des programmes qu'on installe ou désinstalle comme si au fond c'est à la volonté de l'usager, la volonté populaire, que tiennent les institutions. Une image vaut mieux qu'un long discours, dit-t-on. Cette analyse appartient aux sémiologues de quartiers, elle est interprétation de signe, et sa rigueur est fragile. Mais le phénomène ce reproduit encore et encore.

Nous voudrions analyser différemment ce signe en faisant appel à la notion économique de convention : Elle désigne, comme le rappelle André Orléan « une régularité de comportement R au sein d’une population P telle que : (1) tous les membres de la population se conforment à R ; (2) chacun croit que tous les autres membres de P se conforment à R et (3) trouve dans cette croyance une bonne et décisive raison pour se conformer à R ; (4) par ailleurs, au moins, une autre régularité R’ vérifiant les conditions précédentes aurait pu prévaloir. On trouve cette définition de la convention, par exemple, chez Robert Sugden : « Quand nous disons qu’une manière de faire est une convention au sein d’un groupe, nous voulons dire que chacun dans ce groupe, ou presque chacun, se conforme à cette manière de faire. Mais nous voulons dire plus que cela. En effet, chacun dort et mange, sans que ces pratiques soient des conventions. Quand nous disons qu’une manière de faire est une convention, nous supposons qu’une partie au moins de la réponse à la question : « Pourquoi chacun fait-il R ? » se trouve dans : « Parce que tous les autres font R ». Nous supposons également que les choses auraient pu être différentes : chacun fait R parce que tous les autres font R, mais il aurait pu arriver que chacun fasse R’ parce que tous les autres avaient fait R’ » (Sugden, 1986, 32).

Cela nous permet de mettre en évidence un élément essentiel de la dynamique des réseaux : il n'est pas d'ordre qui puisse surgir du bruit sans coordination. Mais cette dynamique repose le problème peut-être écarté trop rapidement par les conventionnalistes : la genèse de ces conventions. L'observation aussi faible soit-elle comme méthode, permet cependant de suggérer une hypothèse : c'est dans l'imaginaire que les éléments de la conventions se forment, et à ce titre elles doivent être considérées comme des productions culturelles. Des productions particulières car en gagnant une fonction sociale, celle de participer à la coordination des décisions sociales, elles acquièrent une valeur institutionnelle.

Le "uninstall" n'a certainement pas une origine unique, dans les cybercafé de Tunis, et la culture geek des  jeunes arabes frustrés de parole politique la métaphore était sans doute évidente. Dans une France inquiète et ironique, menacée par l'occupation intérieure et l'inversion de ses valeurs, on peut comprendre que les mythologies de la résistance aient fait naitre ou renaître une voie d'ailleurs.

De manière surprenante ce ne sont pas les slogans qui rassemblent mais des signes, signifiant certes, mais assez arbitraire au sens d'accidentel, qui condensent un ensemble vaste et finalement imprécis de significations. En limitant l'analyse aux actions observées dans les réseaux sociaux, on observera que ce signe s'est formalisé dans l'usage du hashtag. Le hashtag est par définition une convention. Il coordonne les flux d'information, sa forme est indéterminée mais une fois adoptée elle est valable pour tous.

L'empirique cependant pose celle question de la détermination. Nous les voyons apparaître en quelques jours ou même quelques heures, et à l'évidence leur apparition résulte résulte de processus d'imitation, de diffusion, de reproduction. Ce sont des mêmes qui semble apparaître dans une dynamique écologique et génétique. Si leur choix est indéterminé pour la bonne raison que leur diffusion répond à une logique de système dynamique, celle de processus darwinien de variation (les tags ont souvent plusieurs variantes ne serait que celle de la langue #12feb ou #feb12 et #12fev), de sélection et de reproduction (l'action du reetweet RT). L'indétermination n'empêche pas de s'interroger sur les mécanismes à la fois de variation et de sélection. Ces mécanismes manifestement sont une reconnaissance sémiotique, d'images profondément enracinée dans l'imaginaire culturel.

Le processus qui favorise la variation est fondamentalement créatif. Celui qui en favorise la sélection doit  sans doute au sens de la formule, à  la maitrise de la syntaxe aussi, un art que certains maitrisent mieux que tous mais qui retire son matériau de l'imaginaire social. Le processus de sélection se tient dans la décision des individus  : diffuser ou non le message. Cette décision tient d'abord dans un effet récursif : les twits les plus retwittés ont plus de chance de l'être à nouveau, car il sont simplement plus fréquents que les autres donnant plus d'opportunité de l'être à nouveau. Elle reste cependant une action individuelle. Chacun devant sa machine, lisant le texte des autres, choisit ou non de rediffuser. Cette décision se forge essentiellement dans le sens donné au signe. Et ce sens se construit dans l'imaginaire de l'on porte, confrontés à nos croyances, ce sens produit des émotions, des sentiments, une prédisposition à l'action, des interprétations.Dans un second temps sans doute, une fois légitimisé, le signe s'imposent à tous, y compris à ceux qui n'en partagent les valeurs.

Dans ce triple mouvement de variation/création, reproduction/rediffusion, sélection/interprétation c'est un laboratoire de transformation de l'imaginaire en éléments culturels qui se constitue. Mais le remarquable est que ce même processus, transforme l'élément culturel en convention. Est-ce une question de degré? Quand la forme atteint un niveau de diffusion élevée ne signe n'est plus l'objet d'une interprétation et d'une délibération quand à sa rediffusion ou son altération, il apparaît comme une règle à laquelle on s'ajuste, le sens compte moins que la fonction de coordination. Il devient conventionnel.

1 mai 2012

Le travail c'est la santé....


En mai....
...ne rien faire c'est la conserver. A l'heure du (faux) vrai travail, et de la mise au turbin des consommateurs que ce soit par le biais du discours de la participation, celui du crowd-sourcing, ou celui du self-care, il peut être utile de s'intéresser à la relation entre l'effort fourni par les consommateur et leur satisfaction.

Cette question fût l'objet d'un des premiers articles scientifique sur la satisfaction : celui de Cardozo en 1965 (d'ailleurs la même année que la fameuse chanson d'Henri Salvador) qui concluait à un effet positif de l'effort. Que cette hypothèse soit vraie a des conséquences importantes, la principale est qu'en mâchant le travail des consommateurs on s'exposerait plus facilement à leurs récriminations. Inversement les situation d'achat et de consommation qui engage son effort réduirait ce risque.

On peut s'interroger sur la nature de cette relation. Différents arguments peuvent être invoqués. Le premier est étroitement associer à la théorie de la motivation intrinsèque : en faisant du consommateur son propre producteur une performance plus élevée et persistance est produite. Un second peut provenir simplement des théories de la dissonance cognitive ( c'est celui qu'emploie Cardozo) : le consommateur/travailleur devient son propre juge et peut difficilement se dédire. Les théories de l'estime de soi aussi pourraient être invoquées. Le point intéressant est que dans cette perspective la satisfaction n'est plus un effet de ce que l'entreprise délivre mais une production du consommateur, au passage sa mesure serait aussi celle de son effort. 

Mais si le travail c'est la satisfaction, ne rien faire l'est sans doute bien plus. L'effort dans une conception utilitariste est avant tout un coût. Plus l'effort est grand et moins la satisfaction sera élevée dans la mesure où la valeur obtenue est plus faible (c'est la théorie de l'assimilation/constraste). L'effet positif de l'effort ne peut être qu'indirect, passant par le fait que l'effort permet de produire une meilleure performance. Dans un tel modèle la relation est ambigüe. Si l'effort fourni n'accroît pas, ou peu ou de manière erratique, la performance du service ou du produit, il sera une source importante d'insatisfaction. De ce point de vue mettre le consommateur au travail présente un risque certain à moins de le former suffisamment pour que ses efforts aboutissent et soient réduit au minimum. L'effet de l'effort sur la satisfaction devient alors un problème de productivité.

En cette période où le consommateur est aussi un travailleur ( et réciproquement) sans doute faudra-t-il revenir aux classiques, et s'interroger à nouveau sur ce thème finalement si peu étudié des relations de l'effort à la satisfaction. Quel degré de travail demander au consommateur? Quel partage du résultat de leurs effort?

30 avril 2012

Pas de débat pour la productivité (digitale) ?


Sharing productivity increases
C'est étonnant. Alors qu'un enjeu essentiel de cette élection est celui de trouver les chemins d'une nouvelle croissance - fussent-il difficile à trouver entre l'impératif de réduction de la dette et la nécessité de préserver notre modèle social - nos candidats font l'impasse de la voie la plus naturelle.

L'équation de la croissance est simple, on la connaît depuis longtemps. Elle trouve sa source à 60% dans l'innovation technologique, à 20% dans le capital et à 20% dans le travail et prend forme dans les gains de productivité. Chaque fois qu'on invente le moyen de faire la même chose avec moins de ressources, on gagne la possibilité de faire autre chose. Produire plus et autre chose avec le même effort. La révolution de l'information qui règne depuis 30 ans a ouvert ce chemin et c'est aujourd'hui au moment où cette révolution atteint une certaine maturité, qu'elle se déploie partout dans le monde, dans tous les secteurs, dans chaque métier, pour toutes les entreprises et chacun des citoyens, que nos politiques l'oublient dans sa généralité et ses détails. Elle devrait être l'enjeu principal.

Rappelons qu'au-delà des symboles ministériels et les plans annoncés, les gains de productivités se gagnent par petits morceaux, dans l'intimité des entreprises, des administrations et dans celle de la consommation. Une politique digitale doit être attentive aux détails. La croissance se construit par dixièmes de pour-cent, dans une conquête méthodique et fragmentaire. Ces gains sont possibles dans au moins trois domaines.

Le premier est celui des PMEs. Permettons-nous de dire l'expérience que nous avons à former des dizaines de cadres de ces entreprises et de l'effarement que nous avons de constater l'illettrisme digital. Rares sont les responsables de ces entreprises qui connaissent bien les techniques numériques et les bénéfices à en tirer. Il suffit souvent de deux ou trois heures à les faire circuler sur les outils numériques pour leur faire prendre conscience du possible. La formation des cadres des PMEs est une priorité fondamentale si nous souhaitons qu'ils multiplient par 2 ou 3 leur efficacité commerciale et l'étendue de leurs marchés et réalisent que l'enjeu international qu'ils s'interdisent souvent au prétexte de l'éloignement n'est qu'à un clic. Mais sans doute à force de flatter ces électorats, nos politiques ont oublié qu'ils pouvaient tout à fait ne pas être aussi performants qu'on les présentent. Ils ne sont pas déméritant, ils se battent simplement avec des armes du siècle passé. Seuls 37% des PMEs ont mis en place un site de commerce électronique.

Le second est celui de l'industrie de la publicité et de la communication. On a généralement peu d'estime pour ces professions qui représentent 40 000 entreprises et près de 40 milliards de CA, ces 2% du PIB qui assurent la fluidité des marchés. Et pourtant ce sont ces industries qui produisent la valeur qui créent les emplois. Juste une illustration, quand un jean acheté en Chine coûte moins de 15 euros et qu'il se vend en France 120, plus de 40 euros payent des boutiques et leurs emplois, 10 à 20 euros les graphistes et les publicitaires qui bâtissent la marque. Le tertiaire est cette couche qui s'ajoute à l'industrie manufacturière et lui donne de la valeur. L'internet transforme radicalement ces métiers, en augmente la valeur : la marque, l'aspect des produits, leur lieux d'exposition, le discours, l'accompagnement, le service après-vente, l'information parfois l'éducation et l'expérience. Mieux maîtriser ces nouveaux métiers et services est clairement un enjeu qui concerne une très large partie de l'économie.On rêve d'institut du numérique dans toutes les universités.

Le troisième concerne nos modes de consommation. Qu'il n’agisse de l'électricité, de l'automobile , une révolution douce est en marche qui vise à économiser l'énergie mais aussi à augmenter le taux d'utilisation du capital par un réglage fin de notre consommation. On la désigne sous le vocable de la consommation collaborative mais elle en prend bien d'autres formes. Si à l'achat un véhicule coûte disons 15000 euros, au cours de sa vie il génère 4000 euros d'assurances, 10 000 euros de maintenance, 10000 euros de carburant et lubrifiants, 2000 euros de parking. Partagé, il coûtera un peu moins, mais sera renouvelé plus fréquemment ; offrant ainsi la possibilité de donner plus de satisfaction, et de bénéficier plus rapidement des économies que permet le progrès technique. Pour partager le véhicule, les plateformes digitales permettent d'optimiser en temps réel la disponibilité. Ce sont des gains de productivité à gagner immédiatement et dans bien d'autres domaines. Plus de services, moins de matières...

Trois domaines donc dans lesquels des gains de productivités significatifs peuvent être atteints. Au-delà des actions déjà engagées par leurs acteurs, on pourrait espérer que les candidat à la direction des affaires publiques proposent des actions et des mesures qui les renforcent. Ils ont quelques propositions, nous aimerions qu'ils en fasse la priorité du débat.

Nous pouvons espérer que de nouvelles entreprises avec de nouveaux modèles économiques se créent et prospèrent : il y en a quelques exemples. S'il faut souhaiter qu'elles se développent et que par miracle l'une d'elles devienne le nouveau Google, ne croyons pas qu'il y a là une botte secrète. Le secret est dans dans un effort constant et modeste d'une conquête systématique de la productivité, dans la modernisation du tissu des PMEs, dans l'attention donnée aux épiciers et aux marchands, et dans la confiance accordées aux citoyens et à leur facultés d'invention. Les gains qu'offre le digital ne se trouvent qu'en partie dans la production, c'est dans la distribution et la consommation que les choses se jouent. Nous avons trop longtemps pensé que les coûts principaux étaient liés à seule production, ils sont désormais liés au trois-quart à la distribution et à la consommation.

Nous ne sommes pas candidats. A eux de proposer. Au moins de débattre. Une grande politique numérique est nécessaire. Elle porte aussi sur d'autres questions fondamentales : celle de l'identité digitale et du respect de la vie privée, celle de la transparence et des données ouvertes, celle de la neutralité et de la liberté. Elle demande une société ouverte au monde, engagée dans les transformations qui l'affecte, elle exige des dirigeants attentifs aux initiatives de ses citoyens plus qu'à leurs inquiétudes. L'optimisme plus que la peur.