26 décembre 2011

Une culture des usages et l'usage des cultures.


La technologie est unique pour le monde. Nous utilisons les même PC, les mêmes tablettes, les mêmes serveurs, les mêmes antennes, les mêmes satellite, les mêmes câbles, les mêmes claviers, les mêmes souris, les mêmes écran tactiles et pourtant nos usages diffèrent.

En chaque endroit du monde les mêmes objets, ces intrus puissants, font l'objet de choix distincts et s'inscrive dans l'usage général d'une manière propre. Chacun cultive et accueille les technologies à sa manière. Le processus de l'appropriation conduit à des résultats différent de manière naturelle puisque chacun vit dans un environnement différent. Il peut être matériel, économique ou culturel.

Cet environnement est à caractériser, il n'est pas externe au sujet et en est plutôt la continuation. Il est un arrangement de choses et de gestes qui médie les groupes sociaux auxquels les sujets ont affaires. Il se constitue donc d'un ensemble de normes, de désirs, d'outils et d'habitudes. Les habitudes forgent les normes, les normes orientent les désirs, les outils les canalisent et les focalisent. Il est fait de possibles et des produits de l’imaginaire, d'une culture.

Ces déterminants culturels de la la technologies sont le plus souvent réduit aux 5 dimensions de Hofstede : incertitude, masculinité, rapport à l'autorité, individualisme, orientation temporelle. Mais moins que culturels ils décrivent des traits individuels qui peuvent être associés aux variables clés de l'adoption des technologies nouvelles : self-efficacicy, technological anxiety, utilité, facilité d'utilisation, jouabilité, présence sociale, synchronicité, … D'autres variables sont parfois employées : low context vs high context. Dans de tels modèles les cultures sont des essences qui conditionnent les actes. Plus la distance culturelle est grande et plus les différences le seront. Le multi-culturel détermine l'usage par nature.

Cette conception est discutable car l'approche substantialiste fait des traits culturels des éléments persistants alors qu'on peut y opposer une conception plus dynamique de la culture dans laquelle les objets culturels sont continuellement produits, diffusés, intégré et investi de valeurs prioritaires telles l'identité. Certaines monographies ou études quali laissent transparaitre la diversité d'usage qu'un tel processus est susceptible de produire, une approche anthropologique est nécessaire. 

Pour ne donner qu'un exemple, la manière dont on manipule et on parle au téléphone varie d'une zone à l'autre du monde. Si nous avons l'habitude en Europe de porter l'appareille à l'oreille, le micro vers la bouche, Au Bresil il n'est pas rare de voir les utilisateurs alterner la position de l'appareil entre l'oreille( et il est tenu perpendiculaire au plan d'écoute), puis à la bouche ( tenu comme un micro). Cette position rapple le protocole des radios ( plus utilisés dans le milieu agricole) et largement utilisé avec le réseau ( nextel) : . La manière de manipuler l'appareil n'est pas la seule chose. Il y a aussi la personnalisation de la coque qui au moyen orient et en Asie peut se faire dans de petits ateliers qui avec des perles, des pierres et de la de la colle compose un habillage unique à la personne. On peut aussi examiner la manière dont le téléphone est transporté : à la ceinture en collier, dans une poche de veston, un sac, les stratégies de recharge etc.

La grille d'analyse culturelle des usages se déploie d'abord dans une histoire et une géographie : celle de l'environnement technologique ( dans le cas du brésil l'usage préexistant de la CB) et des sujets. Elle doit être d'abord attentive aux productions : ces gestes et ces habitudes spécifiques qui semble avoir diffusé dans le groupe culturel ( cette manière de porter l'appareil à l'oreille). 

La régularité de ces gestes peut ensuite être examinée du point de vue de leur association à d'autres gestes, d'autres objets ( casques ou écouteurs dont la floraison dans le métro parisien témogne d'une véritable mode), d'autres images (les porteurs d'oreillette ont toujours un air de personnel de sécurité). L'investissement enfin doit être au centre de l'attention : dans l'exemple de la décoration des coques il est non seulement affectifs ( ce sont d'autre doudou et colifichets) mais social dans la mesure où l'esthétique est largement codifiée et reproduite dans cette micro-institutions que sont les ateliers et qu'elle semble participer à cette culture Kawaii.

Voici donc pour le programme. Ne pas tant chercher des différences systématiques qui découleraient de certain traits de caractère culturels, mais en identifiant des pratiques singulières dans le processus de leur développement, montrer comment des fonctions génériques sont mises en pratiques différemment, et reçoivent parfois une signification spécifique. C'est quand cette signification, identitaire ou non, peut être observée que l'on saisira un phénomène culturel.


Aucun commentaire: