4 juin 2011

Moteurs de recherche à l'ère de la guerre des boutons

UseNet Treemap
Au moment où la guerre des boutons fait rage, et que l'idée que les réseaux sociaux peuvent enterrer Google se propage, il peut être utile de se rappeler que tous les moteurs de recherche ne sont pas de même nature, et que si certains se cantonnent à un espace réduit d'autres peuvent voir leur utilité maintenue.

Google nous apparaît dans son universalité comme le modèle par excellence des moteurs de recherche. C'est une illusion. L'innovation apportée par Google est de proposer à partir de mots clés une liste de page classées selon un indicateur de pertinence calculé sur la base du nombre et de la qualité des sites référents. Elle fût un progrès sur le modèle hiérarchique de l'annuaire introduit par yahoo, son usage généralisé est étroitement lié à la plasticité des mots. Quelques mots clés suffisent pour retrouver un texte particulier, et les essais pour y arriver nous font balayer une palette consistante de site pertinents. D'autres principes de recherche cependant peuvent pour des usages précis donner de meilleurs résultats.

Par exemple le moteur à indicateurs de sentiment CultureWok, qui recherche en fonction d'un profil d'humeurs désiré. Les objets sont référencés et étiquetés les participants ce qui permet de calculé des similarités affectives. Un autre exemple, tout aussi modeste, simple et judicieux permet d'identifier un arbre à partir du calcul du ratio Long/larg de la feuille de l'arbre recherché. Ce ratio classe toute les espèces, et permet ainsi à vue de trouver dans la dizaine de spécimen au alentour de se ratio celui qui est effectivement rechercher. La ligne de temps est un critère classique qui prend toute sa force quand le moteur de recherche porte sur les événements historiques et vise à donner sur la frise du temps, les documents clés recherchés. C'est dans le domaine de l'image que des solutions originales apparaissent comme avec par exemple Retrievr. On oubliera pas qu'une des recherche les plus commune est la recherche géographique dans laquelle Google maps excelle et dont on peut s'attendre à un développement important sous le double mouvement de la diffusion des mobiles et de l'accumulation des points épinglés sur la carte. Des plateformes comme tweeter se distingue ainsi par l'abondance du contenu et des moteurs spécialisés comme topsy permettent d'y retrouver ses petits. La recherche sociale donne une autre direction.

Deux paramètres caractérisent les moteurs de recherche. D'une part la construction de l'indicateur qui classe les objets, et permet d'en évaluer un petit nombre, d'autre part l'étendue du corpus de recherche. Dans le cas de Google l'étendue est virtuellement définie par tous les documents du web, dans celui de nos arbres il se limite aux quelques dizaines de milliers d'espèces et de spécimens.

L'histoire des moteurs de recherche n'est certainement pas achevée et à mesure que le web mûrit, on peut se demander si l'hypothèse de la fragmentation n'est pas la plus réaliste , et qu'autour de quelques grands moteurs généralistes - par mots clés, en temps réels, géographiques et social – se nichent de multiples moteurs spécialisés dans un domaine ou une modalité particulière de recherche.

Aucun commentaire: