11 novembre 2010

Au fil du feed : paper.li

Paper.li débarque en France, et semble largement se diffuser si j'en crois ma time-line. 

Paper.li est une simplicité déconcertante. C'est un journal, une page et une adresse composée comme la Une de nos quotidien, mais nourrie par l'es informations indexées le jour précédent par la horde de ceux qu'on suit sur twitter. Pour créer ce journal, il suffit de donner son login. Quelques minute d'analyse et la page est publiée. Efficace et beau. A ce jour la version est minimale, on ne peut paramétrer les comptes. Choisir un modèle d'édition, donner des priorité. L'engin fonctionne seul. Il envoie chaque jour l'édition du jour.

Quel engin dérrière qui décode les twits, séparant les hashatag, réponses, RT, et ramène à la surface les contenus des adresses raccourcies, et les distribue entre des catégories, leurs alloue une place et compose la page? Nous sommes curieux de le savoir, plus encore d'une version qui pourra permettre d'agir sur ce paramétrages, donnant plus d'importance à certaines sources, favorisant certains mots clés.

Cette couche superposée sur la couche des conversation de twiter remplit un double rôle de filtre et de mise en valeur. Le fil twitter que l'on ne peut raisonnablement suivre s'il l'on a plus de 200 à 500 suivants, pour nourrir convenablement notre appétit d'information doit être retraité. Filtrer d'une part pour éliminer les scories, brouillons, redondance, mais aussi classer hierarchiser et marquer ces différence par une capacité d'attraction de l'attention plus forte. C'est exactement ce que fait paper.li et que d'autres services font vraisemblablement.

On comprend du même coup le rôle de twitter, celui de nourrir le fil de nos information, non seulement par l'alimentation – ce qui est deja bien fait quand notre sélection de sources est avisée, mais aussi la digestion. C'est le rôle d'applications et de services comme paper.li. Les applications sont évidentes : la veille, qui peut ainsi être mieux distribuée, le compagnon d'un blog, les revues de presse. Répondre à la nécessité d'arrêter le temps dans un espace, de saisir le stream dans son ensemble.

Sans doute le prototype d'une évolution des plateforme qui associe crowdsourcing, personnalisation, filtrage auto-contrôlé et collaboratif, mashup ( car c'en est un), visualisation et design.C'est un produit d'une start-ip suisse, smallrivers.com  localisée au sur le campus du Swiss Institute of Technology EPFL. Une idée européenne.

La leçon est claire : le nouveau monde du digital n'est plus un problème de production de contenu, il n'est plus un problème de recherche du contenu, il est encore un problème de mise en relation des producteurs de contenus, il devient de plus en plus un problème de filtrage du contenu. Cette avanture apporte l'idée d'une solution, avec l'élégance de reprendre les code d'une vieille institution : celle de la presse.



A lire aussi 
Crédit photo

    Aucun commentaire: