5 août 2010

Un troupeau de livres pour de rares bergers

Le livre ne vit qu'en troupeau, que ce soit dans les bergeries des bibliothèques ou sur les alpages de l’âme (je parle naturellement d'une sorte de mouton sauvage).

A l'heure où le livre électronique va prend son élan, il serait sans doute bon de se poser la question de qui lit et comment.

Dans la profusion des discussions et commentaires à propos du livre électronique, si l'on parle des éditeurs et des nécessaires changements de modèle économique, un peu moins des auteurs, beaucoup de cet objet-livre comme l'on célèbre un fétiche, le lecteur est oublié plus encore que sa lecture et ses lieux. Il est une belle histoire de la lecture.

Et ce lecteur est rare. Les enquêtes existent, celle du ministère de la culture ou du la CNDL donnent quelques indications. En s'appuyant sur ces indications 85% des livres sont lus par moins de 25% de la population et sans doute les 10 % qui ont achetés 12 livres et plus dans l'année représentent 80% des ventes.

On comprend le pari de Apple : la tablette n'est pas faite pour le livre, ou incidemment, dans la mesure où ce paysage doit être nuancé par le niveau d'éducation. Les grands lecteurs sont cadres, ont un bac+5 et sont plutôt des femmes.  Ce sont aussi les acheteurs de la tablette. L'argile des babylonien n'était pas un média de masse. Et si la tablette voyait ses prix se réduire, par une stratégie classique d’écrémage, on l'utilisera bien plus pour jouer et s'informer au quotidien que pour lire.Les révolutions souvent se limitent au palais.

Inutile donc de mettre en concurrence les Kindle, Nook et autre liseuses de Sony. Ces objets s'adressent à un petit marché, celui des lecteurs fréquents. Et ces lecteurs ont de particulier que si le livre est un objet unique , il ne prend sens que dans une bibliothèque déjà richement dotée. Ils sont les bergers d'un petit troupeau.

Ils ne se contentent pas de lire en silence ( souvenez vous que cette lecture est une pratique somme toute récentes), ils lisent en résonnance. Ils ne lisent pas forcement du début à la fin (il n'y a que les policiers que l'ont lis du début à la fin), mais dans tous les sens, ils annotent, ils encochent, ils cornent. Ils ne lisent pas seuls, ils échangent, se nourrissent de compte-rendu, de critiques, en parlent à leurs amis. La lecture est sociale.Elle pourrait devenir pornographique aussi.

Si l'on veut vraiment connaître ce marché sans doute vaudrait-il mieux étudier les superlecteurs que les otaries et les phoques assoupis sur les plages. Leurs 3 thrillers de l'été seront leur lecture de l'année. Ils oublierons les volumes dans leurs chambre d'hôtel qui iront peupler la bibliothèque du centre de vacances. Ces lecteurs forment un marché qui reste considérable, les 30 titres les plus vendus représentent 8 000 000 d'unités vendues annuellement, ou 5% du chiffre d'affaires de l'édition (les 1000 premier 20%), sur 450 millions d'exemplaires. 520 000 références ont été vendues au moins une fois et 60 000 nouveautés et rééditions sont publiées chaque année.

Les super-lecteurs, ceux qui achètent plus de 30 ou quarante livres par an, en lisent le double, sont finalement peu connus. Ces boulimiques peuvent l'être par profession, universitaire ou journaliste, ou par passion. Gageons qu'ils venèrent moins l'objet que la bibliothèque. Une partie d'entre eux sont ces lecteurs de revues scientifiques qui progressivement prennent l'habitude d'aller dans ces bases documentaires géantes telles que ebsco, Elsevier, Scopus, thomson content currents sans compter les ArXviv... en voici un témoignage. Des milliers de revues, des millions d'articles rassemblés en bases qu'on annote, qui fournissent des références, que l'on peut échanger, classer, accumuler. Un rêve labyrinthique, borguesien.

Les lecteurs ne lisent pas que des livres, les lecteurs professionnels d'ailleurs abandonnent les livres qui n'ont plus de valeur, ils lisent des revues, parfois la presse, le livre ne se limite pas au divertissement littéraire, il est ce moyen d'acquérir une connaissance qui grandit chaque jour aussi vite qu'elle fond.  Le livre change de forme. Comme l'album se réduit au morceau, les livres se réduisent à la nouvelle, à l'article. Mais le lecteur survit, le grand lecteur continue de lire, son addiction est telle qu'il exige moins l'accès au livre qu'à la bibliothèque.

Le marché des liseuses, est un marché de clés. Qui va ouvrir les portes aux nouvelles tours de Babel?


A lire aussi ici
-Le grand livre de l'internet

et ailleurs (surtout) :  Read/Write Book sous la Direction de marin Dacos
___________

Aucun commentaire: