12 août 2010

Microdon – vive les requins paisibles!

En France Madame Chirac a donné l'exemple avec ses pièces jaunes : c'est au marge des budgets de consommation qu'il faut aller chercher la charité. Là où le coût de détention pèse plus que la valeur de l'argent – cette monnaie troue les poches; là où s'en séparer apporte plus de gratifications que de perte - que nous sommes généreux!

La micro-monnaie, le micro-financement, le micro-paiement, ainsi trouveraient une destination différente de l'ordinaire. Les marges, cette queue de distribution peu épaisse, deviennent ainsi le gras nouveau qui nourrit de nouveaux business.

On assiste ainsi à une multiplication de plateformes qui se destinent à exploiter ces marges. Flattr en est l'exemple le plus récent, Le SARD développe cette idée en france , tipit.to a peut être lancé le mouvement, microdon ( ce n'est pas un requin) utilise l'idée sur d'autres supports, citons encore MooZar, le défunt fundable, kachingle, ou ulule (n'hésitez pas à ajouter en commentaire d'autres initiatives analogies dont vous avez connaissance). .

Les formes et les solutions diffèrent, le point commun est d'associer une mise faible à la dissociation de la relation d'échang. On réinvente le don, et son économie, en espérant introduire un cycle de financement, aux marges, qui redistribue la ressource en dehors du paradigme strict de l'échange marchand mais échappe à l'autorité collective. Sans doute le roman de Doctorow, et cette idée du whuffie alimente l'imaginaire de ces systèmes, c'est une forme sans doute différente du Potlach et ce ce que des anthrologues obstinés considèrent comme une des formes les plus fondamentales de l'économie.

L'homme de marketing, celui qui se nourrit moins d'économie que d'anthropologie, ne sera pas étonné de ces solutions. Le pot à pourboire est une forme ancienne de rémunération, et le freemium en est une variété. Un des défis des technologies posé au marketing est justement cette question de la tarification. Nous l'avons déjà abordée ici. La question est de savoir si ces nouvelles plateformes sociales vont-elle remettre réduire l'espace marchand en étendant l'économie du don?

Le cas de Flatter est intéressant, car délibérément il s'adresse moins au don, qu'à la rémunération de ces productions publiques qui jusqu'à ce jour ne trouve de compensation que par la fausse monnaie de la réputation (les boutons face-book) ou le marché dual de la publicité. L'innovation est dans la combinaison de ces deux gratifications : symbolique et matérielle, par un seul bouton. Mais aussi dans l'engagement, ceux qui peuvent espérer gagner doivent d'abord donner. La technique semble induire cette triple règle du don : l'obligation de donner, de recevoir et de rendre (sans que la symétrie des actes ne soient engagée).

S'y esquisse un modèle de financement des œuvres de l'esprit, qui échappe au marché et à l'autorité d'une administation, qui se fonde dans une obligation de don mais une liberté de destination. Il peut être au-delà un modèle de régulation des charités, car au fond il ne s'agit pas seulement de financer des oeuvres de l'esprit, mais de financer le bien commun différemment de l'impot. Nous pouvons imaginer que chacun puisse allouer aux autres une partie de son budget d'autant plus aisément qu'il peut choisir à qui l'allouer.

Telle est l'économie du don, on peut sacrifier une partie de ses biens aux autres, on aimerait en choisir les destinataire, cette fraction étant marginale, il a été difficile d'en choisir la destination, c'est ce que la technique permet aujourd'hui. Permettra-t-elle d'élargir la marge que l'on est prêt à donner? Permetra-t-elle de réduire l'espace de l'échange marchand et des prélèvement obligatoires? La technique va-t-elle créer un nouveau champ, faire revivre cette économie ancestrale qui substite au sein de nos familles?

Nous n'en savons rien. Mais il faut observer. Au limite de l'économie, de l'anthropologie, et de la technologie, il va falloir penser des politiques de prix inouïes. Le revenu ne dépend plus de ce que l'on vend.
_________

Aucun commentaire: