15 février 2009

Vlogging : l'effet de réalité?


De toutes les transformations du web, la vidéo est sans doute une des plus impressionnantes. Elle prend des formes multiples, l’apparition de Youtube et Dailymotion en est la plus apparente, la propagation des vidéos clips a capté largement l’attention. Mais c'est le Vlogging qui est le plus intriguant.

Évoluant dans son ton et son format, le message vidéo réalise aujourd’hui le vieux fantasme de la camera stylo, concept inventé par Alexandre Astruc en 1948 , et les idées d’un Jean Rouch et d’un Edgard Morin en 1961 dans leur idée de cinéma-vérité, incarnée dans le film "Chronique d'un été".

Le neuf réside moins dans la technologie, même s’il faut rendre successivement hommage à Nagra, Arriflex , à la betacam puis la Handycam, pour, dans la préhistoire de l’internet, avoir fait que le concept d’écrire directement l’image et le son puisse se réaliser. L’image n’est plus une affaire d’équipe mais une action que chacun peut entreprendre, aussi simplement qu’avec un stylo et du papier…le talent faisant la différence ensuite. Ces techniques se sont moins mises au service de la fiction qui dès la naissance du cinéma a engagé des moyens industriels, qu'à celui du documentaire, et plus encore au service d'une réalité subjective, que l'on confie aux journaux intimes.

Le neuf réside bien dans la diffusion d'images personnelles, authentiques et sincères. Le Vlogging en est désormais l'expression : user du son et de l’image pour communiquer se fait ainsi aussi simplement que de répondre à un courrier. Rien de très original dans ces observations, sauf à s’interroger sur la nature du média. Quel impact ?

On peut penser que ce type de communication est plus efficace, puissant, persuasif que les textes et les images statiques. C’est le secret sans doute de la télévision et de son succès universel. Il reste à s’interroger sur les raisons de cet impact. On doit s'y interroger d'autant plus qu'on connait depuis longtemps le caractère trompeur et les intentions stratégiques dans l'image.

Quelques-unes viennent à l’esprit. La première est économique: l’effort est moins élevé que l’effort de lecture. Vive les couch potatoes! C'est l'argument du TAM. Une seconde peut provenir du principe de crédibilité de la source: l’image et le son réalisent un simulacre de réalité qui donne plus de vérité au message. Une troisième raison est la force de l’engagement, quand l’émetteur du message est inclus dans la communication, il crée un lien que le narrateur masqué élude dans l’écrit. D’autres raisons peuvent être invoquées, on invite les lecteurs à les proposer.

Pour notre part, nous nous arrêterons ici à cette simple proposition : dans un univers communicationnel médiatisé par les machines, le message vidéo recrée un lien dont les vertus sont l’authenticité, la confiance, l’engagement, quelques-uns des critères qui fondent les conditions de la conversation juste, tel que le pense Habermas et que reprennent à leur compte d’autres.

Quoi que l'on puisse rester sceptique, quelle vérité dans le simulacre? Une telle proposition doit être éprouvée à l'aune de ce qu'un Barthes a appelé l'effet de réel et dont jouent les réalisateurs, maîtres de notre culture. Car l'effet du réel ne vient pas tant de la technique, que de son appropriation culturelle. L'image et ses techniques n'évacuent pas la question du sens, qui s'il se construit par et dans les procédés, requiert des conventions communes pour être efficient.

La camera stylo, aujourd'hui le Vlog, offriraient ainsi un ensemble de conventions qui assurent le dialogue et forment l'espace public. D'un point de vue pratique, la culture du reality show!

PS1: Le billet n'a pas abordé la question de l'usage par les entreprises, pour y réfléchir un coup d'œil à la Web TV d'orange est intéressant! Et rappelons la belle expérience du Wiki client PS2: Et pour ceux qui ont le temps, la belle étude de Michael Welsh :

Aucun commentaire: