16 mai 2008

Le téléphone de l'amour


Au travers de ce blog, et au sein de notre groupe de recherche, nous défendons l'idée que comprendre le marketing tel qu'il se pratique aujourd'hui passe par la compréhension de la manière dont les technologies sont appropriées tant par les firmes que par les consommateurs. La technologie médiatise la relation.

Naturellement, un corollaire de cette idée est qu'il n'y a pas de détermination technologique des comportements mais plutôt une détermination, que nous qualifierons rapidement de culturelle, de l'usage des technologies. Sur ce thème le site internetActu.net nous signale une étude remarquable de Hiyam Hijazi-Omari et Rivka Ribak de l'Université d'Haïfa. Elle détaille comment le téléphone mobile est devenu le vecteurs des amours des adolescents palestiniens en Israël. Dans un contexte social qui réprime les relations entre filles et garçons, le mobile construit et porte le lien secret des amoureux. En offrant cet objet à l'aimée, les garçons creusent un conduit au travers des murs de l'interdit, en ne donnant pas le numéro de l'appareil à la récipiendaire, ils s'assurent de l'exclusivité du canal. Et l'obtention du numéro devient l'enjeu d'une négociation et le témoignage d'une confiance accrue.

Bien d'autres détails étonnant sont donnés dans l'étude. Mais ce qui n'est pas le moins intéressant est le cadre théorique employé, celui d'un processus dialectique de domestication constitué de quatre phases : appropriation, objectivation, incorporation et conversion, proposé par Roger Silverstone.

5 commentaires:

Anonyme a dit…

"Et l’amour, cette traversée inconditionnelle, qui niant les frontières d’un cœur à l’autre motive la création d’un monde."

Anonyme a dit…

"Les garçons palestiniens offrent des téléphones mobiles aux filles afin de pouvoir communiquer plus facilement avec elles. Les filles, sachant que leurs parents n’accepteraient pas de tels relations, s’ingénient alors à cacher leurs mobiles et leurs usages au reste de leur famille. Cette “liberté” offerte par les garçons a un prix : le téléphone ne doit servir qu’à avoir des communications avec leur petit ami. “Je ne peux pas m’échapper de ma prison sans trouver une autre prison”, rapporte l’une des jeunes filles interviewée par les chercheuses (...)..."
Le mythe de l'amour via la traversée du téléphone mobile en cachette ne doit pas masquer que cette "liberté a un prix" ; alors l'amour oui mais ... sous surveillance du "petit ami"; on ne sort pas du schème de la domination culturelle sexuée du père au petit ami qui sera demain peut-être le mari.

Anonyme a dit…

Mais c'est leur manière...enfin, une des milles facettes du rencontre de l'amour. C'est leur vie culturelle. Et la tecnologie a a apporté un channel pratique.
Ce que on discute, voilá.
Et l'amour, cette "traversée inconditionnelle", acompagne toutes les cultures de toutes les formes des vies pendant que le monde existe.

Anonyme a dit…

L'adéquation de la technologie avec les modes de vies...

Anonyme a dit…

Quid de l'innovation technologique et de son apport libératoire si ce n'est pour accompagner un mode de vie culturelle ancestral ? C'est aussi en susbtance ce que regrette certaines des jeunes filles interviewées. Alors le "channel pratique" oui d'un certain point de vue et cela se discute aussi surtout en matière de "traversée inconditionnelle" de l'amour.