17 décembre 2007

l´innovation, une appropriation.



On sait depuis longtemps que l’adoption d’une innovation ne se confond pas à son appropriation, l’adoption de l’usage ne dit rien de cet usage. Qu’une technique soit utilisée, ne dit pas comment elle le sera. Le détournement d’usage des innovations technologiques, a conduit certains à concevoir l’innovation comme une traduction . Dénombrer ceux qui adoptent une innovation devient alors moins important que de savoir comment l’innovation est adoptée, de quelle manière les utilisateurs s’approprient l’objet nouveau.

La définition la plus courante de l’appropriation désigne l’action de faire soi ce qui était autre. Elle inclut le transfert de propriété, libre ou forcé, le titre de propriété, mais signale surtout un processus de subjectivisation. L’objet qui appartient à d’autres, ou simplement n’a pas encore de place de l’espace subjectif de nos catégories, nos représentations, nos routines, nos actions, nos fantasmes, va nous être assujetti, jusqu’à parfois devenir une part de nous même.

Ce n’est pas par hasard que l’appropriation de l’espace est une thématique fréquente, on ira voir avec intérêt le travail de Perla Serfaty sur ce sujet. La psychologie de l’environnement est une vieille thématique, mais d’une actualité toujours aussi présente en marketing comme en témoigne Richard Ladwein, Bernard Cova ou Gael Bonnin. Ses modalités sont multiples, de l’espace familier aux territoires du voyage, au bureau comme dans le salon. Elles prennent la forme d’une délimitation du territoire (ces pierres posées autour de la tente au camping), d’une investigation méthodique à l’aide d’une carte (de la ville où l´on vient d´atterrir), d’un rituel d’échange de clés, d´un panorama, de prise de photo, d’un carnet de voyage, de reliques, des souvenirs, une signature, un nid.

L’instance du territoire n’épuise pas le fait de l’appropriation, elle traite de la prise de pouvoir sur les objets, peu de d’identification. L’appropriation en plus d’insérer un objet dans l’espace personnel, construit des liens à soi, qui contribuent à ce que le sujet s’identifie dans ces objets, les investit d’affects, en fait des objets transitionnels, riches de symboliques et devenant parfois si intimes qu’ils deviennent une partie de soi : le tatouage en témoigne de manière éclatante. Irions nous plus loin et c’est du fantasme anthropophage qu’il faudra parler. Le rapport au corps est central.

L’appropriation peut ainsi aussi se définir comme processus de production de sens en connectant l’objet et ses propriétés. L’appropriation se réfère alors comme un rapport à l’abstrait et au complexe, et pourrait s’analyser comme un processus de tangibilisation. Une double stratégie d’accommodation et d’assimilation est mise en œuvre accompagnée d’actions destinées à produire du sens. Tactiques de tests, de cartographie, d´essais, de catégorisation, d’expérimentation, de représentation, d’explorations, vont inclure l’objet dans un tissu de signification tel que certains l´interprètent comme une narration, le sense making devient alors un story telling. On s’approprie bien notre passé ainsi, en en faisant des histoires.

Dans la perspective de Vygotsky l’appropriation est le processus de reconstruction des schèmes d’utilisation lors d une activité. Cette approche met l’accent sur l’action, et principalement sur la répétition. S’approprier une autre connaissance, c’est en répéter l’usage. L’exemple du sport en est la parfaite illustration : s’approprier un geste c’est le répéter à l’infini jusqu’à atteindre une sorte de perfection que les aléas remettent en cause constamment. Cette conception a l’avantage de prendre en compte les objets appropriés au travers des contraintes qu’ils imposent à l’action, manifestant un plus grand pragmatisme. Elle reconnaît aussi dans l’action le fait que les objets soient altérés par les usagers, modification de l’objet lui-même ou de son mode opératoire, de sa destination ou de son environnement de travail, l’appropriation est aussi un ajustement.

Revenons à notre point initial qui portait sur l’innovation. Adoption, Appropriation, Légitimation en sont les trois temps principaux. Si le premier concerne une économie où l’innovation est un bien qui s’évalue en terme de bénéfices attendus et de coûts engagés pour en bénéficier, une économie de l´adoption, et le dernier comme un processus qui rend acceptable et accepté un nouvel objet dans l’écologie sociale, une sociologie de l´institutionalisation. Le temps de l’appropriation est celui d’une subjectivisation. C’est par l’expérience que l’objet nouveau va prendre place dans l’usage jusqu’à devenir une part de soi. Le second temps de l´innovation est celui d´une psychologie de l´expérience.

La communication médiatisée par les ordinateurs (CMC) est un champ ouvert pour l’étude de l’appropriation sous ces différentes perspectives. L’internet peut être considéré comme un espace à s´approprier. Mais cet espace n’est accessible que pour qui s’est approprié les instruments appropriés. Pas de web sans butineur, pas de chat sans messenger, pas de cartes sans geoweb, pas d’amis sans réseaux digitaux, pas de lettre sans mail.

Aucun commentaire: