1 juillet 2007

Net explorer

Une des extensions de l'Internet se fera certainement autour de la planête Mars. Les robots qui y sont déjà, ceux qui vont y parvenir, et les spacionautes que nous allons y envoyer, aurons besoins de communiquer, et il y a de grande chance que le protocole internet y soit appliqué.

Originally uploaded by asterope*
Néanmoins des problèmes spécifiques auront à être résolus, et des choix de canaux de communication seront imposés par la nature même de ces spécificités. La première d'entre elles est le temps de l'interaction. On ne peut espérer qu'un message envoyé vers mars ne parvienne au bout de moins d'une quinzaine de minutes, le retour prenant autant de temps. Le téléphone est exclu. Les lettres semblent bienvenues, autant de des message vidéos. Ce n'est donc pas tant la nature de l'objet communiqué qui est affecté par ce délai d'interaction que la nature de la forme même de la communication. Le dialogue comme conversation, laissera place à une forme épistolaire, qui n'excluant pas la réponse interdit de réagir au déroulement d'un discours.

Une écriture particulière se formera. On peut d'ors et déjà en dessiner l'allure. Des fragments monologués qui incitent une réponse dont le contenu ne se résout pas à la réponse. Imaginons celui qui sur mars, se sentant une urgence terrible, veut partager une tristesse ou une joie. Il attend un échos immédiat dont il ne peut espérer l'arrivée que trente minutes plus tard. Et celui qui doit y répondre sait qu'au moment de lire ou d'entendre les paroles, celles-ci ne sont plus nourries d'aucune émotion ou fébrilité, en répondant il ne peut que répondre au souvenir de l'émotion. Inutile de dire que ses mots ne seront pas cette main main sur l'épaule qu'il aurait pu donner s'il avait été dans la présence d'une pleine amitiés faite de d'amour, de présence, et d'être là la même seconde et dans le même lieu.

D'autres mots, d'autres formules, un autre style, d'autres paroles se diront. Nous découvrons peu à peu que l'extrême hétérogénéité des rapports de temps et d'espace qui nous disposent l'un à l'égard de l'autre fondent la nature et la forme de ce que nous nous disons.

Aucun commentaire: