5 juillet 2007

Industrie 2.0 : Le consommateur investisseur


Il y a de nombreuses réflexions pour définir le Web2.0, une des premières est celle de O'Reilly. Interactivité, réseaux sociaux, activité de l'internaute, de multiples critères sont employés, mais l'un d'entre eux doit retenir tout particulièrement notre attention car il revêt d'un point de vue stratégique un intérêt crucial remarquable : l'investissement du consommateur.

Au-delà de la technologie, au-delà des aspects communicationnels, le modèle proposé peut se réduire à la proposition suivante : un média 2.0 est un modèle où le contenu et plus largement les investissements sont réalisés par leurs consommateurs. L'entrepreneur apporte la plateforme technique qui permet l'agrégation de ces ressources. Que ce soit Flickr, Youtube ou Wikipédia, le point commun et remarquable est que la masse de document constituée est apportée par les consommateurs eux mêmes.

Souvenons-nous des investissements de Bill Gates dans sa banque d'image, rappelons-nous les montants investis par Sony pour se constituer un catalogue, sans compter les ressources mobilisées pour constituer des encyclopédies et par contraste nous prendrons la mesure du phénomène.

Le remarquable est qu'il ne se limite pas au software. Un même principe peut être trouvé dans le hardware. Un projet tel que celui de free qui consiste à utiliser la bande passante des free box pour faire passer des appels téléphonique, et transformer les millions de boîtes en antennes de mobile est du même ordre. On pourrait rêver aussi d'un monde écologique où chacun ayant sur son toit des panneaux solaires, un EDF du futur, sans plus investir dans de coûteuses centrales, se focaliserait sur la capacité à raccorder et agréger ces sources d'énergie.

De ce point de vue le Web2.0 est l'initiateur d'un nouveau modèle économique, qui prend avantage de la réduction des économies d'échelles nécessaires pour produire économiquement en proposant des systèmes à grande échelle pour collecter, connecter, et répartir le produit de micro-unités de production.

Autant le modèle industriel ancien s'est construit sur la recherche de grandes échelles de production, la grande échelle de distribution en étant le corollaire et se construisant sur un principe de technologie de fractionnement (ramener l'échelle grande à la petitesse de la consommation), autant le modèle post industriel consisterait à agréger des échelles de production microscopiques que la technologie désormais autorise dans nombre de secteurs.

Aucun commentaire: