22 juin 2007

L'hypothèse de la polarisation


Une idée simple et commune considère que l'internet dans sa version la plus sociale, le Web 2.0 notamment, contribue à l'interaction entre les membres de la société et soit de ce fait un facteur de démocratie : en faisant se rencontrer des points de vue différents, il contribue à l'émergence de points de vues plus équilibrés, rendant compte ainsi de l'intelligence des foules.

Ce point de vue peut être contesté par l'hypothèse de la polarisation qui suppose que les gens qui se lisent, se lient, s'associent, partagent les mêmes opinions, et ont ainsi tendance à les renforcer. L'univers social deviendrait ainsi des archipels, de moins en moins perméables aux opinions des autres. C'est la thèse défendue par dans Republic.com par Case Sunstein.

Aucun commentaire: