21 juin 2007

Les RP virtuelles

Les blogs font sensations. Ils fédèrent des communautés comme le premier en France l'a fait Skyrock, ils étendent le champs de l'exhibitionnisme, ils relient des communautés ténue et spécialiste, ils permettent de dire une autre chose que ce qu'on est contraint parfois à dire comme le sont les blogs des journalistes, ils font offices de sites légers et simples pour des acteurs sans ressources, ils sont remarquable d'efficacité quand on en utilise toute la logique d'interconnexion.
Un blog n'est pas qu'une série journalière de textes, mais aussi un dispositif de liens avec les autres : les liens RSS, les blog rolls, les listes de liens, les commentaires par dessus tout. Ces outils en incitant les bloggeurs à se lier aux autres densifient l'hypertextualité. Un blog est non seulement un contenu, mais un port qui relie aux autres.
Ce travail de lien, réclame l'usage d'un spectre de techniques larges, et d'un effort pas autant automatisé qu'on peut imager, écrire, dialoguer échanger, se faire référencer, devient une activité pleine de relations publiques. Un nouveau métier est né celui de RP Virtuel.
Ce métier peut s'exercer dans une proximité forte : imaginons ce libraire sauvage, que moins de milles clients fidèles fréquentent et questionnent. Son blog, s'il est bien mené, se renouvelle, dit l'âme de la boutique, l'amènera chez ses aficionados, et construira cette maison qu'il aimerait étendre au-delà de ses murs. Le Virtual RP est celui qui à raison de quelques heures de travais et des discussions fréquentes, fera vivre cette nouvelle maison.
On ne doute pas qu'un tel agent de RP fasse des miracles avec des enseignes plus importantes, mais le fait est qu'économiquement il devient pensable que pour quelques milliers d'euros annuels, des activités locales se payent le luxe d'un marketing subtil, pénétrant, et acceptable. On peut imaginer qu'une personne, indépendante, puisse faire son métier de gérer une vingtaine de ces micro-communautés, et en tirer les moyens de vivre correctement. Plusieurs milliers de ces agents pourraient ainsi vivre de cette nouvelle économie.

Aucun commentaire: