21 juin 2007

La société de l'accès

Cette idée popularisée par Rifkin est développée par un certains nombre d'analystes stratégiques qui se penchent sur la mort lente de l'économie traditionnelle de la musique. Un de leur argument est de dire que le contenu musical a perdu de valeur, il est un flux continu qui parvient au consommateur, et que ce qui vaut est la capacité d'agréger du contenu d'une part et de l'adapter au besoin du consommateur.

Ce modèle peut prendre des formes variées : celle d'une radio sur mesure comme last-fm, celle d'un Juke box comme WinAmp, une plate forme comme i-tunes a fait ses preuves, dans tout les cas, la valorisation se fait soit par la capacité à capter du temps d'attention pour les besoins publicitaires, comme une radio classique, ou à générer un abonnement, le droit d'accès à de larges ressources musicale dont le prix vaut car on y trouve ce que l'on veut c'est à dire à la fois ce qu'on connait et que l'on aime, mais aussi ce que l'on risque d'aimer.

Dans tout les cas l'enjeu est l'accès, pour les consommateurs mais aussi d'acceptation de payer le prix de l'accès par ces derniers en échange d'une diminution des coûts de recherche, de sélection d'achat, de maintenance que le consommateur engage dans un modèle où chaque musique est vendue à l'unité.

La technologie change ainsi un modèle de consommation, un modèle de distribution, un modèle de rémunération. Elle ne le fonde pas sur la réputation de tel ou tel artiste, le succès de tel ou tel morceau, mais sur l'expérience que souhaite chacun des consommateurs. Une expérience unique, particulière, conditionnée par l'histoire de son sujet, ses expériences ses connaissances.

L'accès en est la clé. Facilité de l'accès au service pour le consommateur, accès du diffuseur au consommateur.

Aucun commentaire: